Share
En RDC, le bras de fer contre l’imposteur et occupation continue: nouvelle marche anti Kabila annoncée dimanche

En RDC, le bras de fer contre l’imposteur et occupation continue: nouvelle marche anti Kabila annoncée dimanche

Des catholiques de Kinshasa ont promis de marcher dimanche contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, au terme d’une prière pour la paix en République démocratique du Congo à l’appel du pape François.

En RDC, le bras de fer contre l’imposteur et occupation continue: nouvelle marche anti Kabila annoncée dimanche
Summary:
Des catholiques de Kinshasa ont promis de marcher dimanche contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, au terme d’une prière pour la paix en République démocratique du Congo à l’appel du pape François.

0%

En RDC, le bras de fer contre l'imposteur continue: nouvelle marche anti Kabila annoncée dimanche

User Rating: 0 (0 votes)

Des catholiques de Kinshasa ont promis de marcher dimanche contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, au terme d’une prière pour la paix en République démocratique du Congo à l’appel du pape François.

Cette journée de prière a lieu à 48 heures de l’organisation d’une troisième marche pacifique prévue dimanche après la messe à l’appel du Comité laïc de coordination (CLC, un collectif proche de l’Église catholique) pour demander au président Kabila de déclarer publiquement qu’il va bien quitter le pouvoir.

Interdites, leurs dernières marches ont été réprimées à balles réelles, faisant une quinzaine de morts d’après l’Église, deux selon les autorités. Le CLC a le soutien de l‘épiscopat, qui a demandé aux Congolais de “demeurer debout et vigilants”.

Dans la soirée, des groupes composés essentiellement de jeunes gens se sont constitués dans la paroisse Saint-François de Sales de Kintambo (centre), où une aspirante à la vie religieuse de 24 ans, Thérèse Kapangala, avait été tuée par balle lors d’une précédente marche.

Le Comité laïc de coordination a informé le gouverneur de la ville de Kinshasa de l’organisation de cette marche dans une lettre datée du 20 février.

“Le dimanche 25 février, les chrétiens de la ville de Kinshasa marcheront pacifiquement à partir des différentes paroisses afin de dire non à la dictature, obstacle majeur à l’organisation des élections libres, transparentes, crédibles et apaisées”.

Vendredi, cette marche n‘était “ni autorisée, ni interdite” par les autorités de Kinshasa.

Des marches réprimées

Lors des précédentes marches similaires, les autorités avaient coupé l’internet la veille avant de le rétablir quelques jours plus tard, suscitant des protestations des usagers et de la communauté internationale.

Dans une déclaration conjointe, l’Union européenne, les États-Unis, la Suisse et le Canada ont appelé “tous les acteurs congolais à s’abstenir de toute violence, et à assurer un déroulement pacifique des manifestations”.

L‘Église catholique congolaise est à couteaux tirés avec le pouvoir de Kinshasa depuis la première marche du CLC le 31 décembre 2017.

Les cloches sonnent chaque jeudi de 21H00 à 21H15 dans les paroisses afin de demander le respect d’un accord politique conclu le 31 décembre 2016 sous l‘égide de l‘épiscopat. Celui-ci prévoyait des élections en décembre 2107 après l’expiration du second mandat du président Kabila fin 2016.

Des élections sont maintenant prévues le 23 décembre 2018.

En début de semaine, l‘épiscopat avait demandé aux autorités d’“annuler” les interdictions de marches ainsi que “les poursuites et les menaces à l’endroit des organisateurs” de ces manifestations.

Laisser un commentaire