Share
Piratage politique: Moscou qualifie les accusations américaines de « foutaise »

Piratage politique: Moscou qualifie les accusations américaines de « foutaise »

Piratage politique: Moscou qualifie les accusations américaines de « foutaise »
Summary:
Le Kremlin a qualifié vendredi de "foutaise" les accusations de Washington selon lesquelles la Russie avait piraté des organisations politiques et des systèmes électoraux aux Etats-Unis. "Encore une fois c'est une espèce de foutaise", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov à l'agence russe Interfax. "Les sites internet de Poutine sont attaqués quotidiennement par des dizaines de milliers de pirates. On peut tracer nombre de ces attaques vers le territoire des Etats-Unis, mais nous n'accusons pas à chaque fois la Maison Blanche ou Langley (siège de l'agence de renseignement CIA)", a-t-il dit.

0%

Piratage politique: Moscou qualifie les accusations américaines de "foutaise"

Le Kremlin a qualifié vendredi de « foutaise » les accusations de Washington selon lesquelles la Russie avait piraté des organisations politiques et des systèmes électoraux aux Etats-Unis.

« Encore une fois c’est une espèce de foutaise », a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov à l’agence russe Interfax. « Les sites internet de Poutine sont attaqués quotidiennement par des dizaines de milliers de pirates. On peut tracer nombre de ces attaques vers le territoire des Etats-Unis, mais nous n’accusons pas à chaque fois la Maison Blanche ou Langley (siège de l’agence de renseignement CIA) », a-t-il dit.

Les Etats-Unis affirmer leur détermination à protéger leurs intérêts dans le cyberespace et choisir « le lieu et l’heure » pour répondre à la Russie qu’ils accusent d’avoir piraté des organisations politiques, a indiqué un responsable américain.

« Le président a clairement indiqué qu’il prendrait les décisions nécessaires pour protéger nos intérêts, en particulier dans le cyberespace », a indiqué ce responsable sous couvert d’anonymat, précisant que cela se ferait dans la discrétion. « Le public ne devrait pas considérer qu’il sera nécessairement informé des actions que nous avons prises ou que nous allons prendre », a-t-il souligné. Avec Belga

Laisser un commentaire

*