Share
Enquête et investigation avec preuve à l’appui: Les diplômes de Félix Tshisekedi sont-ils faux ? Nous l’affirmons avec certitude…

Enquête et investigation avec preuve à l’appui: Les diplômes de Félix Tshisekedi sont-ils faux ? Nous l’affirmons avec certitude…

La presse congolaise fait ses choux gras actuellement avec cette affaire de faux diplômes du candidat à la présidentielle, Félix Tshisekedi. Or, Afrique Rédaction, avait à son temps, fait l’état de cette situation qui alimente les colonnes de journaux et les réseaux sociaux.

Enquête et investigation avec preuve à l’appui: Les diplômes de Félix Tshisekedi sont-ils faux ? Nous l’affirmons avec certitude…
Summary:
La presse congolaise fait ses choux gras actuellement avec cette affaire de faux diplômes du candidat à la présidentielle, Félix Tshisekedi. Or, Afrique Rédaction, avait à son temps, fait l’état de cette situation qui alimente les colonnes de journaux et les réseaux sociaux.

0%

Enquête et investigation avec preuve à l'appui: Les diplômes de Félix Tshisekedi sont-ils faux ? Nous l’affirmons avec certitudes !

User Rating: 0 (0 votes)

La presse congolaise fait ses choux gras actuellement avec cette affaire de faux diplômes du candidat à la présidentielle, Félix Tshisekedi. Or, “Afrique Rédaction“, avait à son temps, fait l’état à plusieurs reprises de cette situation qui alimente aujourd’hui, les colonnes de journaux et les réseaux sociaux.

Que dit l’article 18 de la loi électorale ?

Le parti politique, le regroupement politique ou le candidat indépendant fait acte de candidature auprès de la Commission électorale nationale indépendante. Sous peine d’irrecevabilité, la déclaration de candidature est accompagnée des pièces suivantes, sans rature ni surcharge :

  1. l’original de la lettre de consentement conforme au modèle fixé par la Commission électorale nationale indépendante   signée par le candidat ;
  2. une photocopie de la carte d’électeur ;
  3. une photocopie de l’acte de naissance ou de l’attestation de naissance ;
  4.  une photocopie certifiée conforme du titre académique ou scolaire ou de l’attestation en tenant lieu, selon le cas ;
  5. une ou des attestations justifiant d’une expérience professionnelle d’au moins cinq ans dans le domaine politique, administratif ou socioéconomique;
  6. une fiche d’identité suivie d’un curriculum vitae détaillé, le tout se terminant par la formule « Je jure sur l’honneur que les renseignements ci-dessus sont sincères et exacts » ;
  7. quatre photos format passeport ;
  8. un symbole ou un logo du parti politique ou regroupement politique ;
  9. l’original de la lettre d’investiture du candidat par son parti politique ou son regroupement politique selon le modèle fixé      par laCommission électorale nationale indépendante indiquant en outre et en ordre utile l’identité de ses deux suppléants ;
  10. une preuve de paiement des frais de dépôt de candidature exigés ;
  11. la preuve de la démission ou de la demande de mise en disponibilité, conformément à l’article 10 ci-dessus.

Au regard de la présentation de ses prétendus “diplômes” et également la justification d’une expérience professionnelle d’au moins cinq ans dans le domaine politique, administratif ou socioéconomique. On peut conclure avec certitude que son dossier aurait été invalidé si la CENI appliquait la même rigueur observée sur d’autres candidats qui se sont retrouvés le bec dans l’eau avec leur candidature invalidée outrancièrement. Pourquoi ces deux poids, deux mesures ?

Et tout le monde s’inquiète, présentement de la capacité à la CENI d’organiser ces foutues élections qui ne seront ni transparentes encore moins inclusive.

Si on fait allusion à la dernière déclaration intimidante et très peu élégante de monsieur KABUND, actuel secrétaire général de l’UDPS, qui disait en sabrant le champagne sur le malheur des autres, je cite : ” Si la CENI avait invalidé la candidature de Félix Tshisekedi, comme c’est fut le cas pour Jean Pierre BEMBA, nos sympathisants seraient dans la rue“. Une menace bien voilée qui ressemblerait bien à l’intimidation importée de l’Italie, chez Capo di tutti capo.

C’est qui est sûr et certain et d’après nos investigations, la copie de ses derniers diplômes, ou cursus non pas universitaire seraient des diplômes falsifiés, de faux grossiers, gonflé imprudemment.

Un consultant, un expert en matière électoral et en droit constitutionnel, nous a fait ses confidences sur le faux avéré de Félix Tshisekedi. L’expert en question, sans se fatiguer dans la gymnastique jurisprudentielle sur la loi électorale, en se référant seulement sur le paragraphe de la Commission électorale Nationale Indépendante, à propos de la fausse déclaration. Le candidat Félix Tshisekedi, n’a aucune chance de franchir le palier des candidats qui vont s’étriper pour la course à la magistrature suprême. Il termine en disant, dans un ton désespéré: “J’espère que la CENI ne franchira pas à son tour, le rubicon en nous servant ce faussaire indigeste sur un plateau d’argent...”

Est ce qu’on aura, une surprise le 19 septembre 2018, lorsque ladite commission rendre publique, sa liste finale des candidats éligibles les prochaines élections ?

La CENI pour n’est pas embraser le pays, à l’image de ce qui s’est passé dans sa province du Sud Ubangi où le cortège de José Makila a été pris pour cible par les militants révoltés du MLC, parti du Président Jean-Pierre BEMBA.

Plus grave encore, les militants du MLC, et ceux de l’ATP de José Makila se sont affrontés violemment machette à la main faisant plusieurs blessés.

Les choses ne devraient pas du tout s’arranger, puisque, la Cour constitutionnelle vient de confirmer l’invalidation de Jean Pierre BEMBA, sans attendre, le résultat de renvoi à une nouvelle audience attendue, le 17 septembre prochain, où tout le monde devrait être fixé sur le son sort du président du MLC.

Du côté de Kyungu Wa Kumwanza, le coordonnateur d’Ensemble, groupement politique piloté par Moïse Katumbi, dira sans retenue, que le dauphin de la Kabilie n’est pas le bienvenu dans le Katanga. Pour preuve, lors de son point de presse, il annoncera aujourd’hui 3 septembre 2018, la mort d’un militant de cette plateforme de l’opposition, dans des échauffourées entre les militants très remontés de la non participation de leur candidat et la police.

« Nous venons de signaler la situation à la Monusco, Droits de l’Homme et dans ce lot de malheur je vous apprend que nous venons de déplorer un mort en la personne de Kalabo Mwebe que Dieu ait son âme. Le jeune homme vient de succomber et son corp se trouverait en ce moment à l’hôpital Sendwe », a indiqué Gabriel Kyungu wa Kumwanza.

« Nous Ensemble de la Région du Grand Katanga sommes victimes, il y a au moins 20 membres de l’Ensemble aux arrêts qui se trouveraient à tous les niveaux des cachots qu’on connait ici », a déploré M. Kyungu. D’après le journal de la Monusco «OKAPI ».

Et si Félix Tshilombo, dans toute logique et au regard de la loi électorale, venait d’être invalidé, que seraient les conséquences de cette invalidation, qui à mon sens à tout son mérite d’être fait ?

Félix Tshisekedi en présentant, un CV erroné avec des attestations falsifiées, est passible irrévocablement, d’une invalidation sans concession. En examinant de très près sa dernière prouesse pour tromper la CENI, par déclinaison les congolais, le président de l’UDPS, vient de savonner la planche sur laquelle, s’est mis à danser espérant gagner des élections en RDC. Est-ce que sa chute sera sans conséquence ? Est-ce l’UDPS vivra t’il de ces chants de Cygne annoncés ?

C’est loin d’être sûr, d’autant plus, que ces invalidés, qui ne dorment plus la nuit, attentent que la même sévérité soit appliquée à tout le monde.

Lorsqu’on obtient un diplôme en Belgique, et quelque soit l’endroit où vous avez effectué votre formation, ce petit sésame a une spécificité qui certifie son authenticité,c’est « le sceau (logo) de la communauté française » qui est représenté par un « Coq », d’après les affirmation de la fédération « Wallonie- Bruxelles ».

Ce logo, ce sceau confirme que vous avez un code UF (Union Francophone)… Ce qui certifie vos acquis et diplômes.

Dans ces Codes UF, la liste des écoles et instituts sortent. On retrouve, comme par enchantement, l’école dont Félix Tshisekedi a fait, comme un éclair sa formation non terminée… En lisant ce code UF, le fameux institut « ICC » dont Félix Tshisekedi a fait la publicité gratuite, sort en premier sur Google : Tapez « code UF en promotion sociale », vous aurez ce lien ci dessous…

https://www.iccbxl.be/web/ufs/codesuf/ .

C’est sont des informations précieuses que j’ai pu l’obtenir, d’un employé très introduit au Forem qui a requis l’anonymat…

Il me dira, sans sourciller en ces termes : “ce monsieur là, si il avait réellement terminé sa formation il aura eu automatiquement, l’attribution, d’un code “UF” sur son attestation. Ce code indique dans quelle section, ledit diplôme a été dispensé…Or, sur l’attestation trafiquée de mon notre candidat, on n’y voit que du feu.

Il Rajoute et martèle: “ces codes là, permettent aux détenteurs d’un diplôme ou d’un brevet d’avoir un numéroINAMI“. Les gens qui ont fait la formation en comptabilité, marketing, économie sont dispensés de ce numéro.

Normalement, le cachet de la commune devrait  pas y figurer sur son prétendu attestation ( diplôme). C’est peut-être une simple légalisation. Mais cela paraît étonnant.

Après investigation auprès de la commune de Liège et Bruxelles. Sur ce timbre mis sur le faux diplôme, on devrait y trouver le cacher la commune, portant bien le nom de la commune qui a légalisé ce document. Par exemple : Ixelles, St Gilles etc…, d’où ça été délivré !

Lorsque vous allez chercher une feuille à la commune, ce timbre apposé sur le document du candidat, coûte 3 euros et c’est l’agent administratif qui détient ces timbres. Donc, la commune à Bruxelles dans la logique de chose, devrait attaquer Félix Tshisekedi pour faux en écriture, ainsi que l’institut ICC. Toutes ces magouilles relèvent d’une poursuite pénale, aux dires d’un agent de police contacté à Liège…

Et d’après également, les responsables que nous avons contacté au Forem, qui avait pris en charge le dossier de Félix Tshilombo Tshisekedi, confirmera nos affirmations, qu’il n’a jamais eu en sa possession, un quelconque diplôme humanitaire (Baccalauréat) pour accéder à sa formation à l’ICC.

Son dossier est au Forem et de surcroit consultable via le CPAS de Bruxelles, où il est mentionné qu’il vivait dans une grande instabilité financière où il touchait, d’ailleurs, des allocation du “centre public d’action sociale” (CPAS), puisqu’il, lui et sa famille, bénéficiaient d’un loyer modéré socialement. Un logement social octroyé à des familles précarisées et en difficulté.

Cette opportunité lui a été offerte par cet organisme de l’état (reclassement et insertion professionnelle) qui permet à ceux qui n’ont pas de qualification d’en avoir une et in fine, d’être nanti d’un diplôme ou acquis professionnel. Ce qui est plus que vraisemblable, n’en déplaise à ses militants et affidés, Félix Tshisekedi, est passé par cette filière diplômante, par le truchement de « l’enseignement de promotion sociale ».

Qu’est-ce que l’enseignement de promotion sociale ?

L’enseignement de promotion sociale s’adresse principalement à un public adulte souhaitant se former, apprendre, se spécialiser, se recycler, ou acquérir une nouvelle qualification ou encore un nouveau titre d’études. A la différence des formations de plein exercice (à temps plein), la promotion sociale propose des formations à horaires réduits en journée (souvent en demi-journée), en soirée ou encore le week-end. Voir le lien sur l’enseignement de promotion sociale.

Ce que Félix Tshisekedi a fait, un certain temps à ICC mérite qu’on s’attarde un peu. Il n’a pas terminé ses modules pour prétendre à un quelconque diplôme. Il a séché ses cours, ôtant toutes ses chances d’être professionnellement qualifié, au bout d’une période variable, allant de 8 mois à 11 mois. d’après les observations marquées sur son dossier au Forem.

Le faux diplôme (attestation) de Félix Tshisekedi, après l’avoir légalisé à la commune pour qu’il puisse avoir un caractère officiel. Un diplôme payé 3 euros, le prix d’un timbre à la commune. 

Félix Tshisekedi a fait un faux en écriture publique et faux usage de faux. Par conséquence, le procureur du Roi en Belgique devrait, ouvrir une information judiciaire en son encontre, et par le jeu de quille, la RDC, via la CENI, devrait obligatoirement le poursuivre, selon la loi électorale pour le même délit qui serait passible d’une condamnation au pénal.

La presse congolaise fait ses choux gras sur le faux diplôme de Félix Tshisekedi

Roger BONGOS

Journaliste d’investigation

L’enquête et investigation continuent…

 

1 CommentaireSur cette publication

Laisser un commentaire