Share
Les 11 présidents des États-Unis défiés par Fidel Castro

Les 11 présidents des États-Unis défiés par Fidel Castro

Les 11 présidents des États-Unis défiés par Fidel Castro
Summary:
De Dwight Eisenhower, qui a rompu les relations avec Cuba, à Barack Obama, qui a décidé de rétablir les liens diplomatiques avec le régime communiste, Fidel Castro a défié onze présidents des États-Unis.- Dwight Eisenhower (1953-1961) : Républicain. Il fournit des armes et un soutien logistique au dictateur Fulgencio Batista contre la guérilla de Castro. Il rompt les relations avec Cuba en janvier 1961 et a préparé l'invasion de la baie des Cochons (sud de l'île), qui sera déclenchée trois mois plus tard.

0%

es 11 présidents des États-Unis défiés par Fidel Castro

De Dwight Eisenhower, qui a rompu les relations avec Cuba, à Barack Obama, qui a décidé de rétablir les liens diplomatiques avec le régime communiste, Fidel Castro a défié onze présidents des États-Unis.

– Dwight Eisenhower (1953-1961) : Républicain. Il fournit des armes et un soutien logistique au dictateur Fulgencio Batista contre la guérilla de Castro. Il rompt les relations avec Cuba en janvier 1961 et a préparé l’invasion de la baie des Cochons (sud de l’île), qui sera déclenchée trois mois plus tard.

– John F. Kennedy (1961-1963) : Démocrate. Donne le feu vert à l’opération de la baie des Cochons en avril 1961. Est un des acteurs-clés de la crise des missiles en octobre 1962. Met en place l’embargo économique imposé à l’île. Au moment de son assassinat, il tentait de négocier avec Castro.

– Lyndon Johnson (1963-1969) : Démocrate. Renforce l’embargo et essaye d’entraver le commerce de nickel cubain vers le bloc soviétique. Approuve les plans de la CIA contre Castro. Sous son gouvernement, guérillas et groupes anticastristes opèrent à Cuba.

– Richard Nixon (1969-1974) : Républicain. Renforce les actions contre le régime castriste, comme les enlèvements de pêcheurs. Fait également barrage aux exportations cubaines de nickel.

– Gerald Ford (1974-1977) : Républicain. Sous son mandat, les attaques contre les ambassades et intérêts cubains à l’étranger se multiplient. Un attentat contre un avion de la Compagnie Cubana au départ de la Barbade fait 73 morts. Il autorise le premier voyage de chefs d’entreprises américaines à Cuba et les mesures d’assouplissement de l’embargo et des relations diplomatiques.

– Jimmy Carter (1977-1981): Démocrate. Assouplit l’embargo, et sous sa présidence s’ouvrent des sections d’intérêts à Washington et La Havane tandis que débutent les premières visites sur l’île de Cubains émigrés. Des pactes sur la délimitation des zones maritimes économiques sont signés. En 1980, l’épisode du port de Mariel met un terme au processus. Une nouvelle crise diplomatique se produit à cause de la présence de chasseurs MiG à Cuba. Il visitera l’île à deux reprises en tant qu’ancien président.

– Ronald Reagan (1981-1989) : Républicain. Renforce les mesures hostiles au régime et revient sur l’assouplissement de l’embargo. La fondation nationale cubano-américaine, principal regroupement d’exilés, voit le jour, ainsi que les radio et télévision Marti du gouvernement américain qui émettent vers Cuba. Le premier accord migratoire est signé (1984).

– George Bush (1989-1993): Républicain. Durcit l’embargo avec la loi Torricelli, profitant de la chute du bloc soviétique. Les succursales d’entreprises américaines à l’étranger se voient interdire de faire des affaires avec Cuba.

– Bill Clinton (1993-2000): Démocrate. Applique la loi Torricelli et approuve la loi Helms-Burton qui renforce l’embargo. La crise des «balseros» et ses 36.000 Cubains qui partent vers les Etats-Unis à bord d’embarcations de fortune a lieu en 1994. Il signe un accord migratoire et soutien les activités anticastristes.

– George W. Bush (2001-2008): Républicain. Accroît le soutien financier aux groupes anticastristes et renforce l’embargo, il limite également les voyages et les envois d’argent à Cuba. Autorise le commerce de biens alimentaires, bien qu’avec des restrictions.

– Barack Obama (2009-2017) : Démocrate. Premier président américain à ne pas trouver Fidel Castro au pouvoir. Opère fin 2014 un rapprochement historique après un demi-siècle d’hostilités et rétablit les liens diplomatiques avec l’île en 2015. Avec AFP

Laisser un commentaire