Share
Est de la RDC : 106 meurtres et 52 affrontements armés en février

Est de la RDC : 106 meurtres et 52 affrontements armés en février

Quelque 106 personnes ont été tuées en février dernier lors des multiples affrontements entre groupes armés et les forces gouvernementales dans les Nord et Sud-Kivu, deux provinces de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), selon l’ONG Human Rights Watch (HRW) et le groupe d’étude sur le Congo (GEC).

Est de la RDC : 106 meurtres et 52 affrontements armés en février
Summary:
Quelque 106 personnes ont été tuées en février dernier lors des multiples affrontements entre groupes armés et les forces gouvernementales dans les Nord et Sud-Kivu, deux provinces de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), selon l’ONG Human Rights Watch (HRW) et le groupe d’étude sur le Congo (GEC).

0%

Est de la RDC : 106 meurtres et 52 affrontements armés en févier

User Rating: 0 (0 votes)

Quelque 106 personnes ont été tuées en février dernier lors des multiples affrontements entre groupes armés et les forces gouvernementales dans les Nord et Sud-Kivu, deux provinces de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), selon l’ONG Human Rights Watch (HRW) et le groupe d’étude sur le Congo (GEC).

“Les statistiques de février pour les Kivus montrent qu’il y a eu “106 meurtres, 80 enlèvements et 15 kidnappings dans les deux provinces du Kivu”, souligne un nouveau rapport mensuel du “Baromètre sécuritaire” qui rend compte depuis décembre dernier des “pires violences” commises dans les Nord-Kivu et Sud-Kivu.

Au moins 52 affrontements (soit une baisse de 22% par rapport à Janvier) entre belligérants ont eu lieu dans les deux provinces où sont actifs 120 groupes armés, selon les conclusions de ce baromètre tenu par GEC, un projet de recherche de l’Université de New York et l’ONG américaine de défense des droits de l’homme HRW.

Frontalières avec le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi et une partie de la Tanzanie, les deux provinces sont riches en minerais mais sont déchirées depuis plus de 20 ans par des conflits armés et des tensions interethniques comme la plupart des régions de la façade orientale de la RDC.

Lors du lancement de ce baromètre en décembre, les deux organisations justifiaient l’intensification des violences et la prolifération des groupes armés par le glissement du mandat de Joseph Kabila, chef d’Etat au pouvoir depuis 2001.

Des groupes armés ont formé des coalitions pour contester la prolongation du mandat de Kabila, échu depuis décembre 2016 tandis que le gouvernement a “violemment réprimé des manifestants pacifiques”, selon les organisations.

Elles avaient accusé le chef d’Etat congolais d’avoir retardé les élections, faisant recours à la violence, la répression, et la corruption pour se maintenir en fonction.

Plusieurs fois reportées dans ce pays sous-continent, les élections (présidentielle, législatives et provinciales) ont été programmées pour le 23 décembre de cette fin d’année, en une seule séquence.

Laisser un commentaire