Share
Europe/migration: un accord entre les polices de cinq pays aggrave la crise et met en danger les migrants vulnérables 

Europe/migration: un accord entre les polices de cinq pays aggrave la crise et met en danger les migrants vulnérables 

Ces mesures, dont l’impact négatif, sur les droits de l’Homme des réfugiés et migrants, se fait, déjà, sentir, dans le Sud et le centre de l’Europe, aggravent la situation, déjà, exceptionnellement, difficile, en Grèce.

«Suite à l’adoption de ces mesures, la semaine passée, le traitement des réfugiés et des migrants, qui se déplacent, dans certains de ces pays, semblent avoir, déjà, changé, avec des conséquences très négatives, pour les droits de l’Homme», a déclaré Zeid Ra’ad al-Hussein. «Selon les derniers rapports, des expulsions en série ont, maintenant, lieu, tout le long de la route terrestre des Balkans – qui comprend l’Autriche, la Slovénie, la Croatie, la Serbie, et l’ex-République yougoslave de Macédoine – en direction de la Grèce. De plus, des centaines d’Afghans seraient bloqués, dans des conditions effroyables, depuis plus de cinq jours, à la frontière entre l’ex-République yougoslave de Macédoine et la Serbie, et beaucoup d’autres Afghans ont été empêchés d’entrer, dans l’ex-République yougoslave de Macédoine, depuis la Grèce, apparemment, sur la seule base de leur nationalité».

« De manière inquiétante, alors que le devoir premier de la police est de protéger les personnes, l’accord ne contient aucune mesure destinée à protéger les femmes, les enfants et les hommes, extrêmement, vulnérables, qui sont en mouvement. Il n’y a, par exemple, pas la moindre mention de mesures spéciales, pour protéger les personnes, qui pourraient être, particulièrement, exposées à des risques de violations des droits de l’Homme », a dit Zeid Ra’ad Al Hussein.

Laisser un commentaire

*