Share
Facebook accusé d’avoir influencé les élections américaines. Mark Zuckerberg patron de l’entreprise s’est défendu

Facebook accusé d’avoir influencé les élections américaines. Mark Zuckerberg patron de l’entreprise s’est défendu

Facebook accusé d’avoir influencé les élections américaines. Mark Zuckerberg patron de l’entreprise s’est défendu
Summary:
Depuis la victoire «surprise» de Donald Trump, de nombreuses accusations sont portées à l’encontre du plus grand réseau social au monde, Facebook. Des sites d'information l’accusent d’avoir permis la prolifération de fausses nouvelles et d’enfermer ses utilisateurs dans une «bulle de filtrage». Le «New York Magazine» a par exemple publié une tribune mercredi, intitulée «Facebook a permis la victoire de Donald Trump», dans lequel le journaliste explique que le réseau social a donné de la visibilité à de fausses informations.

0%

Facebook accusé d’avoir influencé les élections américaines

Depuis la victoire «surprise» de Donald Trump, de nombreuses accusations sont portées à l’encontre du plus grand réseau social au monde, Facebook. Des sites d’information l’accusent d’avoir permis la prolifération de fausses nouvelles et d’enfermer ses utilisateurs dans une «bulle de filtrage».

Le «New York Magazine» a par exemple publié une tribune mercredi, intitulée «Facebook a permis la victoire de Donald Trump», dans lequel le journaliste explique que le réseau social a donné de la visibilité à de fausses informations.

Parmi elles, le fait que le pape soutient le milliardaire républicain ou encore que la famille Clinton a acheté une maison à 200 millions $ aux Maldives. Deux informations fausses.

Face à ces attaques, Mark Zuckerberg, patron de l’entreprise, s’est défendu : «Les gens essaient de comprendre le résultat de l’élection, mais je crois qu’il y a un manque d’empathie profond quand on affirme que la seule raison pour laquelle quelqu’un vote pour qui il vote serait parce qu’il a vu quelques fausses informations. Si vous croyez cela, je ne pense pas que vous ayez assimilé le message que les soutiens de Trump essaient d’envoyer avec cette élection».

D’autres journalistes ont également dénoncé la «bulle», dans laquelle Facebook place ses utilisateurs. Le site «Tech Crunch» a évoqué le phénomène dans un article publié mercredi. Il explique que Facebook, grâce à ses algorithmes, filtre les informations a priori contraires aux principes des utilisateurs pour ne garder que celles qui leur conviennent. Les avis contraires et les dissonances sont éliminés du fil d’actualité des internautes de plus en plus efficacement, les confortant dans leurs opinions.

C’est ainsi que de nombreuses personnes n’ont pas pu mesurer le nombre des soutiens de Donald Trump et encore moins anticiper sa victoire.

Il en va de même pour les recherches Google qui, en fonction des opinions politiques de chacun, ne hiérarchisera pas de la même manière les résultats.

Conséquence : sur internet, le monde se divise en deux planètes qui ignorent tout les unes des autres. Les experts conseillent ainsi aux citoyens de multiplier leurs sources d’information et de naviguer sur les sites de nouvelles directement. Agence QMI

Laisser un commentaire

*