Share
Félix Tshisekedi: son projet de société est-il, une escroquerie ou une vraie imposture ?

Félix Tshisekedi: son projet de société est-il, une escroquerie ou une vraie imposture ?

Lorsqu’on se penche sans partie prix, avec une certaine impartialité sur le programme électoral du candidat à la présidentielle en RDC, on se pince pour effectivement se dire qu’on ne rêve pas, et qu’on est réellement dans la réalité. Quelle réalité dont, il s’agit ?

Félix Tshisekedi: son projet de société est-il, une escroquerie ou une vraie imposture ?
Summary:
Lorsqu’on se penche sans partie prix, avec une certaine impartialité sur le programme électoral du candidat à la présidentielle en RDC, on se pince pour effectivement se dire qu’on ne rêve pas, et qu’on est réellement dans la réalité. Quelle réalité dont, il s’agit ?

0%

Félix Tshisekedi: son projet de société est-il, une escroquerie ou une vraie imposture ?

User Rating: 0 (0 votes)

Lorsqu’on se penche sans partie prix, avec une certaine impartialité sur le programme électoral du candidat à la présidentielle en RDC, on se pince pour effectivement se dire qu’on ne rêve pas, et qu’on est réellement dans la réalité. Quelle réalité dont, il s’agit ?

Avec quel prisme, ou paradigme, que le leader de l’UDPS a-t-il usé pour se fourvoyer dans ces conjectures qui ressembleraient à une discussion de débit de boissons, d’un bazar ou du marché de Château Rouge…?

Que dit son « programme » qui est critiqué et traité de touaille ?

Son projet se repose sur un socle à trois paliers où ; « l’homme sera le moteur du développent » me dit-on ! Pas nouveau dans l’environnement politique…

Son slogan, rien que ça ! De tabler sur la croissance économique et une société solidaire.

Bien triste comme engagement, qui s’approcherait de discours au psychotrope à faire rendormir ceux qui sont en hibernation de plus belle, depuis la causerie légendaire de son défunt père encore sous glaciation de la morgue, qui d’ailleurs, faisait allusion au : « sommeil des bébés ».

Un adage aussi plus vieux que le monde dit, je cite : Tel père, tel fils…

Pourrait-on faire confiance à ce rejeton qui n’a jamais eu de surcroit, la bénédiction de son patriarche qui ne pariait pas sur les compétences de son fils, qui n’est ni un féru de la politique, et encore prédisposé à gérer les affaires d’une Nation aussi immense que l’Europe occidentale réunie?

Pour cause, le dernier testament laissé par son regretté père, ne fut-il pas, un camouflet pour cet enfant « prodige » qui est venu en politique par cooptation et plébiscite familial, non de son parti qui dirige actuellement comme un bien familial ? Or, le feu leader maximo, avait désigné quelqu’un d’autre pour la mise en œuvre, de l’accord de Saint Sylvestre. Suivez mon regard du coté de monsieur Mubake…(Ndlr)

Lorsqu’on dissèque celui qui s’apparente à son programme pour sortir le Congo de l’ornière, le prétendant au fauteuil présidentiel, mettrait l’accent sur les vertus politiques en mettant en place, une société vertueuse, régit par sa moralisation indéfectible en initiant des réformes :

  1. Sur le respect vertueux de la démocratie. Une phrase qui ne veut absolument rien dire ;
  2. Aller vers des institutions solides de l’état, tout en améliorant la gouvernance administrative. Une clarification simpliste qui ne veut rien dire encore. Il nous a pas expliqué comment va-t-il utiliser sa portion magique pour y arriver ;
  3. Rendre l’appareil judiciaire (pouvoir), indépendant, du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif ;
  4. Faire disparaître de l’environnement politique malsain régnant en RDC par la corruption, la concussion, l’ethnicisme, le clientélisme et toutes les dérives de gouvernance. Bien entendu, en mettant en lumière, son avant dernier point, que j’ai d’ailleurs, failli avaler de travers mon café recuit.

Il parle sans sourciller de lutter contre l’ethnicisme ?

Sait-il au moins, ce qu’il marmonne dans sa barbe, lorsqu’il parle de ce cas d’espèce, qui sera dans les années à venir, la vraie source des conflits qui déstabiliseront la RDC ?

J’invite nos lecteurs d’aller consulter son cabinet politique (sic) et qu’ils nous reviennent avec leurs commentaires sans complaisance…Et on pourra valider ses étourderies.

Si le ridicule pouvait tuer, alors, il suivra le chemin de la chambre froide, là où repose le « grand Sphinx » qui attend toujours le rapatriement de sa dépouille vers son pays d’origine.

Il esquisse quelques propositions sur le deuxième axe de son soi-disant programme, en parlant du social et culturel.

  1. Il évoque sans nous dire comment va-t-il faire pour prioriser l’éducation et la formation continue ;
  2. La couverture universelle de l’assurance maladie avec le soin de santé pour tous. Comment va-t-il faire, où trouvera t-il des ressources inhérentes à ce poste régalien d’une Nation ?
  3. Préconise de changer les mentalités en restaurant les valeurs, afin d’enrayer l’immoralité installée depuis, plus d’un demi siècle par la gestion antérieure, calamiteuse des régimes précédents qui ont favorisé la culture de la prédation, de l’enrichissement personnel, de l’escroquerie et j’en passe.

Je souhaiterai prendre le pari, ici avec vous, en commençant par lui proposer de commencer par balayer devant sa porte avec sa clique de voyous talibans qui écument les réseaux sociaux en chassant ceux qui s’en prennent à leur dieu vivant « Félix Tshisekedi », là je pourrai dire qu’on s’approcherait de la vraie vérité ;

Et enfin, le dernier axe, se reposera sur les fondamentaux d’un régime qui inspire à son émergence, à l’occurrence, son économie.

  1. Amélioration des indices de l’économie, les indicateurs d’appréciation du climat des affaires avec son programme à deux mandats qui s’étaleraient sur une décennie. Une incongruité qui laisse les experts en macro-économie très perplexes et dubitatifs de la faisabilité de ce programme débordant. En utilisant, pour saupoudrer sa tare avérée, des phrases que les démagogues politiques qui n’ont pas des réels projets de société, nous balancent, ces rhétoriques toutes faites, pour endormir la population ;
  1. Le magicien du cirque « Bouglione » compte porter, le revenu annuel moyen du souverain primaire (Congolais moyen), de 458 $ à 4288 $. Dix fois plus, le revenu actuel de moribonds congolais. Il ne nous a pas apporté le chronogramme de ces attributions qui relèvent, de la pure spéculation et fantaisie grotesque.

Il prend le pari de faire exploser le budget annuel qui s’élève actuellement à 4 milliards de $, en crevant le plafond avec un budget imaginaire de 86,71 milliards de $. Comment cet apprenti politicien arrivera t-il ? En employant peut-être des « Feymen » qui seront à son service qui pourront relever ce défi.

Au delà de son gigantisme irréalisable, qui lui fait tirer les plans sur la comète, Félix Tshilombo Tshisekedi a osé dire sans rictus, dans une assemblée bondée et surchauffée par des ethno-tribalistes, applaudisseurs de tous poils et thuriféraires, des propos sortis d’outre-tombe, en laçant : “Oui je n’ai pas d’expérience dans le bradage et le pillage de mon pays, dans la violation des droits et libertés des citoyens, mais en revanche, j’ai de l’expérience dans le respect des libertés et du droit à la vie …”

La réponse laconique de Freddy Mulongo, défenseur des droits de l’homme et de la presse étant accrédité aux Nations Unies à Genève, tweetera sans complaisance : « Lorsque des fanatiques #Talibans de l’#Udps injurient et s’attaquent aux#journalistes et #Congolais qui s’interrogent sur ce parti, jamais @fatshi13n’a levé son petit doigt pour calmer ses chiens enragés. La liberté d’expression n’est-il pas un droit ? #FreddyMulongo »

https://twitter.com/FreddyMulongo/status/1029991494965518337

En pataugeant dans la niaiserie la plus éloquente, la phrase qui a fait sursauter tous les observateurs avertis en disant :

« En deux mandats, les Indiens viendront se faire soigner en RDC si mon programme est appliqué ». Un véritable inculte en géopolitique, en géostratégie internationale à la lumière de notre démonstration à propos de l’Inde.

Eléments corroborés qui contredisent la thèse farfelue avancée par le candidat Félix Tshisekedi :  Voir l’article de l’Actualité.cd

https://actualite.cd/2018/08/15/rdc-en-deux-mandats-les-indiens-viendront-se-faire-soigner-en-rdc-si-mon-programme-est-applique-felix-tshisekedi/

 

L’Inde est dotée d’une longue histoire et d’une longue tradition. Celles-ci impactent de façon durable le progrès et la recherche. On constate aujourd’hui que les progrès s’inscrivent dans une logique d’essor économique, mais aussi, dans une logique de développement durable.

  • Selon la Banque mondiale, d’après son rapport du 11 juillet dernier, la France est passée de la sixième à la septième place des puissances économiques mondiales. L’Inde, qui passe devant l’Hexagone, profite de sa forte croissance annuelle de plus de 7 %. Les Etats-Unis restent en tête. Le PIB de l’Inde a ainsi atteint 2597 milliards de dollars en 2017 contre 2582 milliards pour la France.

Selon les prévisions annuelles du Fonds monétaire international (FMI), les économies émergentes et en développement d’Asie devraient connaître une croissance de 6,5% en 2018. La Chine et l’Inde atteindront ainsi une croissance plus élevée que la moyenne mondiale, estimée à 3,9%.

La croissance économique du géant indien est attendue à 7,4% en 2018 et 7,8% en 2019, selon le FMI. Une économie qui sera soutenue à court terme, comme pour la Chine, par une forte consommation intérieure, ainsi que par une réforme fiscale, selon le Fonds.

  • L’Inde est membre du BRICS, et devient le maillon fort des pays émergents. Au sein des BRICS, le club des cinq pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), l’Inde fait désormais figure de meneur. Elle fait face à une Chine qui marque le pas, une Russie et un Brésil en récession, l’Inde parade avec 7,5% de croissance prévisionnelle et des finances publiques en forme grâce au pétrole bon marché.

S’il y a bien un domaine où l’Inde devrait dépasser la Chine avant 2030, c’est celui du nombre d’habitants: 1,3 milliard contre 1,4 en Chine, aujourd’hui le plus peuplé du monde. En raison d’une fécondité plus élevée (2,3 enfants par femme en moyenne, contre 1,7), l’Inde renversera ce classement, indique une analyse bisannuelle de l’Institut français d’étude démographiques (Ined) publiée en septembre 2015.

On peut attribuer ces progrès aux réformes du secteur des finances, aux politiques progressistes et favorables au développement de ses gouvernements successifs, aux efforts de collaboration entre les entreprises et les organisations de la société civile et, surtout, au rôle des technologies de l’information et de la communication (TIC) et des nouveaux médias qui ont encouragé la croissance jusqu’aux plus bas échelons de la pyramide sociale.

Des services bancaires à disposition de tous

L’accès aux services bancaires de base demeure encore un rêve pour des millions de personnes tout autour de la planète, et plus particulièrement celles vivant dans les zones rurales et isolées.

Des services financiers de base 
grâce à la téléphonie mobile

L’idée d’autonomiser les citoyens pauvres, où qu’ils soient, est une ambition essentielle dans l’agenda du gouvernement en matière de développement.

Centres de services communs

Dans le cadre du Programme national de cybergouvernance (e-Governance Plan), un réseau de 100 000 centres de services est actuellement mis en place visant à relier entre eux plus de 600 000 villages à travers tout le pays.

Des services financiers de base 
grâce à la téléphonie mobile

L’idée d’autonomiser les citoyens pauvres, où qu’ils soient, est une ambition essentielle dans l’agenda du gouvernement en matière de développement.

Cadre opérationnel pour la mise en œuvre 
de services bancaires mobiles

Alors que, dans les zones rurales, le nombre de propriétaires de téléphones portables dépasse très largement celui des détenteurs de comptes bancaires, une grande partie de la population a désormais accès à la téléphonie mobile mais pas aux services financiers.

Les comptes bancaires mobiles de base pour les habitants des zones rurales en Inde

 

Un compte bancaire mobile de base est essentiellement un compte bancaire de base accessible au moyen d’un téléphone portable. Etc…

La médecine de pointe en Inde

Lire cet article :

http://www.slate.fr/story/156281/inde-tourisme-medical-systeme-sante-hopitaux

L’Inde et l’arme nucléaire ( puissance militaire incontestée)

Depuis son accession à l’indépendance en 1947, l’Inde a entretenu avec l’arme nucléaire une relation complexe : souvent hésitante, parfois déterminée.

Pour les politiciens indiens, faire le choix du nucléaire militaire, c’était prendre une décision d’ordre tout à a fois moral, stratégique et politique. Pendant un demi siècle, l’Inde a vécu une traumatisante contradiction entre ses idéaux de 1947 et le développement de ses intérêts stratégiques. Aujourd’hui, ce pays est une puissance nucléaire incontestée et craint par ses voisins. Le nucléaire sert également à la médecine nucléaire, une médecine d’une très grande performance et qualité.

Choix stratégique (militaire)

Le choix d’une arme n’est évidement pas neutre et ne repose pas seulement sur des considérations d’ordre technique. Toute défense nationale est orientée : qui est ou quels sont les ennemis, comment veut-on les frapper, souhaite-t-on seulement se défendre ou aussi porter le feu chez l’adversaire ? Ces choix sont naturellement politiques mais définissent la nature de l’arme nucléaire que l’Inde a mise au point.

Est-il réellement sérieux le candidat Félix Tshisekedi ? Vous avez la réponse au regard de mon article…

Pour ce qui concerne, son dit CV, on enquête, et nous y reviendrons pour vous apporter les conclusions de nos investigations très élaborées en Belgique avec des preuves à l’appui.

Roger BONGOS

1 CommentaireSur cette publication

  1. marius ka

    salut monsieur Bongo. j aprecie votre courage et votre lecture critique du programme proposé par fatshi, seulement cela denonce une lecture aussi partisane que ce que vous pretendez condamner. au fait, il n existe jamis un programme de societé qui soit parfait, ce qui compte plus au stade actuel c es la volonté politique. le congo a eu des milliers des programes et projets accouchés dans des grands coloques, conferences et que sais-je encore mais jamais apliques. on a besoin aujourd hui de donner le benefice du doute a d autres qui peuvent apporter leur touches et voyons voir d ici 5 ans, moi ce qui m interesse dans cette election ce ne sont pas du tout des programes pcq la plupart sont calqués, mais c est tout d abord la credibilité, le serieux et la volonté de sortir le cono rd du gouffre, voila tout.

    Répondre

Laisser un commentaire