Share
Fespam 2015 : Werrason prend conscience et chantre de la paix, pour attirer les combattants ?

Fespam 2015 : Werrason prend conscience et chantre de la paix, pour attirer les combattants ?

Le célèbre artiste musicien de la République démocratique du Congo (RDC), le roi de la forêt- Noël Ngiama Makanda Werrason, demeure à n’en point douter l’ambassadeur de la paix. Et il le porte bien. Pour preuve, sa tenue lors de sa prestation à la cérémonie d’ouverture de la dixième édition du festival panafricain de musique (Fespam), le 18 juillet dernier au stade Félix Eboué, en est une parfaite illustration.

Non seulement que cette star de la musique congolaise moderne, patron du groupe Wenge musica Maison-mère a brillamment livré son spectacle, qui est considéré par certains comme le meilleur de cette dixième édition,  aussi par sa manière de faire. Werrason, on ne le dira jamais assez, demeure l’un des meilleurs stratèges dans le domaine musical. Il vient encore de le prouver au cours de cette prestation.

Il est 23h30, alors que les spectateurs congolais en général et ses fanatiques en particulier attendaient impatiemment sa montée sur le podium comme de coutume, c’est un Werrason, surprenant qui apparait sur scène, paré du drapeau de son pays,  la RDC,  enchainant immédiatement l’hymne national « Debout congolais ». Une vive émotion s’installe. « Qu’il est magnifique cet artiste. Il ne cessera de nous produire des merveilles. », s’exclamait un spectateur.

Par ce premier acte, le roi de la forêt, a montré son amour pour la patrie . Et les stratagèmes de Werrason ne finissent pas là. Après deux morceaux de musiques accompagnés d’un show, il a été encore plus émouvant, lorsqu’il a invité le public à recevoir sur scène, un artiste de son groupe Wenge Musica Maison-mère, un enfant du Congo- Brazzaville, Merlin Bouton. Alors que le public n’avait pas encore fini d’applaudir, c’est un Merlin Bouton, la coqueluche de Dolisie (dans le département du Niari) qui fait son apparition sur scène cette fois-ci arborant les couleurs nationales de son pays (avec le drapeau de la République du Congo).

Comme un véritable jeu de ping-pong, là encore, Werrason marque un coup qui lui fait valoir une salve d’applaudissements du grand public. Pour agrémenter la beauté de son geste, il fait venir Ebualotin (un sociétaire de son groupe) avec le drapeau de la RDC et Merlin Bouton (un autre sociétaire de son groupe) avec le drapeau du Congo-Brazzaville. Les deux se mettent à interpréter la chanson « Primus » ; celle-là qui a fait connaître le jeune Merlin Bouton du grand public. Puis  les autres artistes musiciens se sont joints à Merlin Bouton.

Par ce deuxième acte, Werrason a voulu montrer l’unité qui règne au sein de son groupe. D’ailleurs, tout le long de son spectacle qui bouclait la cérémonie d’ouverture du dixième Fespam, il n’a cessé de prôner l’unité entre les deux Congo, qu’il invite au vivre ensemble. « Brazzaville et Kinshasa sont les villes les plus proches du monde, elles sont donc appelées à cohabiter ainsi que leurs habitants sont appelés à vivre en symbiose », clamait-il haut et fort tout au long de son spectacle. « Si les élèves valent ce que vaut le maître », alors Werrason peut être fier de laisser derrière lui, des ambassadeurs de paix à son image. S’il faut soutenir tout ce qui concoure à la paix, nous ne pouvons dire que, sacré Werrason !

Bruno Okokana
Adiac-Congo

Laisser un commentaire

*