Share
France : Les bureaux de Jean-Marie Le Pen perquisitionnés pour fraude fiscale présumée

France : Les bureaux de Jean-Marie Le Pen perquisitionnés pour fraude fiscale présumée

Les enquêteurs ont perquisitionné mercredi les bureaux de Jean-Marie Le Pen à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), dans une affaire portant sur des faits supposés de fraude fiscale.

Le domicile de Jean-Marie Le Pen a été perquisitionné après des soupçons de fraude fiscale, rapportent des sources de l’AFP proches du dossier.

L’ex-président du Front national, Jean-Marie Le Pen, dont les bureaux ont fait l’objet d’une perquisition, a pour sa part « démenti » avoir « transgressé la loi » et dénoncé « une violence judiciaire injustifiée ».

Cette enquête visant le fondateur du Front national a été ouverte en juin par le parquet national financier (PNF). Elle porte sur des faits présumés de blanchiment de fraude fiscale et d’omission de déclaration de patrimoine, à laquelle sont astreints les parlementaires, a précisé la source judiciaire.

L’investigation est consécutive à des signalements de la cellule antiblanchiment de Bercy (Tracfin), à propos d’un compte bancaire caché à l’étranger, et de l’ancienne Commission pour la transparence financière de la vie politique, remplacée depuis par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).Fin avril, le site d’information Mediapart avait révélé le signalement de Tracfin évoquant un trust géré à Genève, dont l’ayant droit serait l’assistant personnel de Jean-Marie Le Pen. Selon ce signalement, le trust comprendrait un compte abondé à hauteur de 2,2 millions d’euros, dont 1,7 million sous forme de lingots et de pièces d’or.

Jean-Marie Le Pen avait alors démenti toute implication dans un trust à l’étranger. « Je le nie. Ce n’est pas parce que Mediapart dit quelque chose que c’est une vérité évangélique », avait-il déclaré.

ARTV NEWS

Laisser un commentaire

*