Share
Général de l’Armée Syrienne Libre : des terroristes participent à la réunion de Riyad

Général de l’Armée Syrienne Libre : des terroristes participent à la réunion de Riyad

La délégation de l’opposition syrienne “modérée” dans la capitale saoudienne a été formée par une commission étroitement liée aux Frères Musulmans, a indiqué un général de brigade de l’Armée syrienne libre.

Les résultats de la conférence sur la Syrie à Riyad sont inacceptables, la délégation de l’opposition “modérée” comprenant des terroristes faisant partie de groupes extrémistes, a déclaré à Sputnik Husam Al-Awak, général de brigade de l’Armée syrienne libre (ASL).

“L’ASL n’a jamais coopéré avec les extrémistes, alors que la délégation de +l’opposition+ à Riyad a été composée par une commission étroitement liée aux Frères Musulmans”, a ajouté le général.

Auparavant, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian a dénoncé la réunion des opposants syriens à Riyad, en déclarant qu’elle se trouvait en contradiction flagrante avec les résultats de la conférence “Vienne-2” sur la Syrie.

“Il ne sera pas permis que des groupes terroristes se présentent comme des opposants modérés et cherchent à déterminer l’avenir de la Syrie et de la région (…) Seul le peuple syrien peut décider de l’avenir de son pays”, a tranché le diplomate, cité par l’agence iranienneAftabnews.

Les participants à la rencontre internationale sur la Syrie qui s’est déroulée à Vienne le 14 novembre dernier ont notamment décidé d’organiser d’ici le 1er janvier prochain une rencontre entre représentants de l’opposition syrienne et du gouvernement de Damas. Ils se sont assigné pour objectif d’imposer un cessez-le-feu dans le conflit qui déchire le pays depuis quatre ans, ayant déjà fait plus de 250.000 morts et poussé à l’exode des millions de personnes.

Les grandes puissances, dont les Etats-Unis, la Russie, l’Union européenne, les pays arabes et l’Iran, ont alors affirmé “leur soutien à un cessez-le-feu et à un processus mené par les Syriens, qui d’ici six mois (…) établira un calendrier pour rédiger une nouvelle Constitution”.

“Des élections libres et équitables auraient lieu conformément à cette nouvelle Constitution d’ici 18 mois”, a-t-il été indiqué dans le communiqué de la réunion de Vienne concernant le calendrier concret de la transition en Syrie.

Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies sur la Syrie, Staffan de Mistura, a promis que les participants à la rencontre de Vienne aideraient l’opposition syrienne à former une délégation pour négociations avec le gouvernement.

Sputnik

Laisser un commentaire