Share
Grosse bourde de Clinton à J-58 : elle qualifie les électeurs de Trump de « pitoyables », puis s’excuse

Grosse bourde de Clinton à J-58 : elle qualifie les électeurs de Trump de « pitoyables », puis s’excuse

Grosse bourde de Clinton à J-58 : elle qualifie les électeurs de Trump de « pitoyables », puis s’excuse
Summary:
Hillary Clinton a « regretté » samedi avoir qualifié la veille la moitié des électeurs de Donald Trump de « pitoyables », une sortie qui lui a valu les critiques de la droite américaine et la colère de son rival républicain, qui a fustigé son mépris.

0%

Grosse bourde de Clinton: elle qualifie les électeurs de Trump de « pitoyables », puis s'excuse

Hillary Clinton a « regretté » samedi avoir qualifié la veille la moitié des électeurs de Donald Trump de « pitoyables », une sortie qui lui a valu les critiques de la droite américaine et la colère de son rival républicain, qui a fustigé son mépris.

À l’occasion d’une soirée de levée de fonds, la candidate démocrate à la Maison Blanche avait affirmé vendredi soir que, « en gros, vous pouvez placer la moitié des partisans de Trump dans ce que j’appelle le panier des pitoyables ».

« Les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes. À vous de choisir », avait-elle lancé sous les applaudissements.

« La nuit dernière j’ai « généralisé en gros », et ce n’est jamais une bonne idée. Je regrette avoir dit « la moitié », c’était mal », a-t-elle reconnu samedi dans un communiqué face à l’ampleur de la polémique suscitée par ses propos.

La droite américaine a tiré à boulets rouge sur Hillary Clinton, accusée de mépriser l’Américain moyen. Les militants républicains, l’organe du parti, ses responsables et surtout le candidat conservateur à la Maison Blanche Donald Trump ont fustigé ses propos.

« Cela va lui coûter cher »

« Wow, Hillary Clinton a été TELLEMENT INSULTANTE envers mes supporteurs, des millions de personnes incroyables, qui travaillent dur. Je pense que cela va lui coûter cher dans les sondages ! », a tweeté Donald Trump samedi, moins de deux mois avant la présidentielle de novembre.

Bien qu’elle ait reconnu une erreur sur cette affirmation, Hillary Clinton a assuré dans son communiqué qu’elle continuerait à dénoncer « la rhétorique sectaire et raciste » de son rival.

« Il est déplorable que Trump ait (…) donné une audience nationale aux idées et aux voix haineuses, notamment en retweetant une frange de sectaires avec une dizaine de followers et en diffusant leurs messages à 11 millions de personnes », a-t-elle écrit, en référence à l’activité du milliardaire sur Twitter.

« Il est déplorable qu’il ait attaqué un juge fédéral pour son « héritage mexicain », harcelé une famille Gold Star (organisation de soutien aux mères de soldats tués au combat, NDLR) en raison de sa foi musulmane et fait la promotion du mensonge selon lequel notre premier président noir n’est pas un vrai Américain ».

Hillary Clinton, qui entend devenir la première femme présidente des États-Unis, a réitéré que les partisans de Donald Trump sont des « Américains qui travaillent dur » mais qui se sentent marginalisés.

Laisser un commentaire