Share
GUINÉE-BISSAU: L’ONU EXHORTE LE PRÉSIDENT VAZ À NOMMER UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE

GUINÉE-BISSAU: L’ONU EXHORTE LE PRÉSIDENT VAZ À NOMMER UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE

Le Conseil de sécurité de l’ONU, très inquiet du blocage politique en Guinée-Bissau, a exhorté jeudi le président Jose Mario Vaz à nommer un nouveau Premier ministre jouissant d’un large soutien politique.

Dans un communiqué adopté à l’unanimité après une réunion à huis clos, le Conseil a dit être prêt à « prendre les mesures nécessaires pour répondre à la détérioration de la situation en Guinée-Bissau ».

GUINÉE-BISSAU: L’ONU EXHORTE LE PRÉSIDENT VAZ À NOMMER UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE
Summary:
Le Conseil de sécurité de l'ONU, très inquiet du blocage politique en Guinée-Bissau, a exhorté jeudi le président Jose Mario Vaz à nommer un nouveau Premier ministre jouissant d'un large soutien politique. Dans un communiqué adopté à l'unanimité après une réunion à huis clos, le Conseil a dit être prêt à "prendre les mesures nécessaires pour répondre à la détérioration de la situation en Guinée-Bissau".

0%

User Rating: 0 (0 votes)

Le président de Guinée-Bissau, Jose Mario Vaz, le 2 mai 2017 à Abidjan, lors d’une visite en Côte d’Ivoire | AFP/Archives | ISSOUF SANOGO


Le Conseil de sécurité de l’ONU, très inquiet du blocage politique en Guinée-Bissau, a exhorté jeudi le président Jose Mario Vaz à nommer un nouveau Premier ministre jouissant d’un large soutien politique.

Dans un communiqué adopté à l’unanimité après une réunion à huis clos, le Conseil a dit être prêt à « prendre les mesures nécessaires pour répondre à la détérioration de la situation en Guinée-Bissau ».

Ce petit Etat de l’ouest de l’Afrique traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président José Mario Vaz de son Premier ministre Domingos Simoes Pereira, chef du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), auquel appartient aussi M. Vaz.

Désigné en novembre 2016 pour sortir de la crise, le nouveau Premier ministre Umaro Sissoco Embalo a prêté serment avec son gouvernement en décembre, mais le PAIGC l’a rejeté, comme ses prédécesseurs, accusant M. Vaz d’avoir violé le dernier accord en date conclu dans le cadre d’une médiation de la Cédéao.

Le Conseil a « invité le président Vaz à nommer un Premier ministre dont la sélection respecte l’accord de Conakry », qui appelle à un candidat de consensus.

Les membres du Conseil de sécurité regrettent aussi que la crise soit « le résultat de l’inaptitude des parties prenantes politiques à parvenir à une solution de consensus durable, ce qui conduit au blocage actuel ». AFP

Laisser un commentaire

*