Share
Hillary Clinton: une défaite causée par Moscou, Wikileaks et le FBI

Hillary Clinton: une défaite causée par Moscou, Wikileaks et le FBI

Hillary Clinton a affirmé mardi qu’elle aurait été élue présidente des États-Unis sans les interventions, dans les dernières semaines de la campagne, de Wikileaks, de la Russie et du directeur du FBI James Comey, qu’elle a durement pointé du doigt.

Hillary Clinton: une défaite causée par Moscou, Wikileaks et le FBI
Summary:
Hillary Clinton a affirmé mardi qu'elle aurait été élue présidente des États-Unis sans les interventions, dans les dernières semaines de la campagne, de Wikileaks, de la Russie et du directeur du FBI James Comey, qu'elle a durement pointé du doigt.

0%

Hillary Clinton: une défaite causée par Moscou, Wikileaks et le FBI

User Rating: 0 (0 votes)

Hillary Clinton a affirmé mardi qu’elle aurait été élue présidente des États-Unis sans les interventions, dans les dernières semaines de la campagne, de Wikileaks, de la Russie et du directeur du FBI James Comey, qu’elle a durement pointé du doigt.

«J’étais sur le chemin de la victoire jusqu’à ce que la lettre de Jim Comey le 28 octobre et le Wikileaks russe créent le doute dans la tête des gens qui penchaient en ma faveur, et qui ont fini par prendre peur», a déclaré l’ancienne candidate à la Maison-Blanche à New York, interrogée par une journaliste lors d’un événement de l’ONG Women for Women International.

«Si l’élection avait eu lieu le 27 octobre, je serais votre présidente», a-t-elle dit.

Le 7 octobre, un mois avant le scrutin, les messages du président de son équipe de campagne John Podesta étaient publiés par Wikileaks, moins d’une heure après la divulgation par la presse d’une vidéo de 2005 montrant Donald Trump parlant de façon très crue des femmes.

«Quelle coïncidence», a ironisé Hillary Clinton, insinuant que cela avait été orchestré par Moscou et Wikileaks pour atténuer l’impact de la vidéo salace sur la campagne du républicain.

Puis, le 28 octobre, le directeur du FBI, James Comey, a annoncé au Congrès que ses enquêteurs avaient trouvé de nouveaux messages justifiant une relance des investigations closes au mois de juillet précédent sur les emails de l’ancienne secrétaire d’État, remettant à la Une cette affaire et créant une tempête politique. Ce n’est que deux jours avant le scrutin du 8 novembre que M. Comey la refermera, sans rien avoir trouvé d’incriminant.

«Ai-je fait des erreurs? Mon Dieu, oui», a ajouté Mme Clinton, promettant une «confession» et une «demande d’absolution» dans un livre à l’automne.

«Mais la raison pour laquelle nous avons perdu se trouve dans les événements des dix derniers jours» de la campagne, a expliqué l’ancienne candidate, martelant que le vote anticipé et les sondages la montraient gagnante jusqu’alors.

Reprenant les conclusions de l’administration Obama, elle a accusé le président russe Vladimir Poutine, supposé entretenir une haine durable à son égard depuis qu’elle a critiqué le déroulement d’élections russes en 2011.

«Quand vous regardez mon adversaire et les déclarations de sa campagne, ils se sont assez coordonnés avec les objectifs du leader dont je tairai le nom», a-t-elle dit sans dire le nom de M. Poutine.

«J’ai gagné trois millions de voix de plus que mon adversaire», a ajouté la démocrate. M. Trump a perdu le suffrage populaire, mais remporté l’élection au suffrage indirect.

«Je suis de nouveau une citoyenne active, membre de la résistance», a enfin annoncé Mme Clinton, rejoignant le mouvement informel des opposants au président républicain. AFP

Laisser un commentaire