Share
Ils sont partout ces Daechistes: au Canada, un homme abattu alors qu’il allait actionner une bombe

Ils sont partout ces Daechistes: au Canada, un homme abattu alors qu’il allait actionner une bombe

Ils sont partout ces Daechistes: au Canada, un homme abattu alors qu’il allait actionner une bombe
Summary:
Le jeune homme de 24 ans était assigné à résidence en raison de ses sympathies pour le groupe djihadiste État islamique. Le Canada aurait déjoué une attaque terroriste sur son sol. Un Canadien a été tué mercredi soir par les forces de l'ordre dans une petite localité de l'Ontario (Centre), en lien direct avec ce que la police avait qualifié plus tôt de "menace terroriste potentielle". Ce jeune de 24 ans a été abattu alors qu'il s'apprêtait à actionner un engin explosif, a confié un membre de sa famille à la chaîne publique CBC, répétant ce que la police lui avait dit.

0%

Ils sont partout ces Daechistes: au Canada, un homme abattu alors qu'il allait actionner une bombe

Le jeune homme de 24 ans était assigné à résidence en raison de ses sympathies pour le groupe djihadiste État islamique.

Le Canada aurait déjoué une attaque terroriste sur son sol. Un Canadien a été tué mercredi soir par les forces de l’ordre dans une petite localité de l’Ontario (Centre), en lien direct avec ce que la police avait qualifié plus tôt de “menace terroriste potentielle”. Ce jeune de 24 ans a été abattu alors qu’il s’apprêtait à actionner un engin explosif, a confié un membre de sa famille à la chaîne publique CBC, répétant ce que la police lui avait dit.

“Un suspect a été identifié et les mesures appropriées ont été prises afin de s’assurer qu’il n’y ait aucun danger pour la sécurité publique”, avait auparavant indiqué la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) sans donner plus de détails. La police avait précisé avoir obtenu une “information crédible indiquant une menace terroriste potentielle”. À la suite de l’opération, le ministre canadien de la Sécurité publique Ralph Goodale a indiqué avoir “discuté de la situation avec le Premier ministre Justin Trudeau afin de confirmer que la sécurité publique a été protégée adéquatement et qu’elle le demeure”. “La GRC discutera des détails opérationnels en temps opportun”, a ajouté le ministre, sans vouloir confirmer la mort du suspect.

Originaire de Winnipeg (Manitoba), Aaron Driver avait été arrêté l’an dernier pour ses sympathies affichées sur les réseaux sociaux avec le groupe djihadiste État islamique, puis libéré en février dernier et placé sous un strict contrôle judiciaire, ont indiqué les médias locaux. Le jeune homme avait interdiction de quitter la petite localité de Strathroy, à 30 kilomètres à l’ouest de London (Ontario), là où la police est intervenue accompagnée d’une unité de l’armée, selon les images diffusées tard mercredi soir. Il aurait déclenché un premier engin explosif qui l’aurait blessé ainsi qu’une autre personne, et c’est quand il s’apprêtait à actionner un deuxième engin que la police l’aurait abattu, a rapporté la chaîne publique.

Une attaque dans un aéroport ?

Selon la chaîne CTV News, citant un document confidentiel, l’individu voulait déclencher un engin explosif dans un endroit fréquenté par de nombreuses personnes, comme un aéroport ou un centre commercial. “Le gouvernement surveille avec vigilance toutes les menaces potentielles et des mesures solides sont en place pour y répondre”, a assuré le ministre de la Sécurité publique. Le suspect Aaron Driver avait été ciblé par les services de renseignements dès l’automne 2014 juste après les attaques successives au Québec et dans la capitale fédérale Ottawa perpétrées par des jeunes radicalisés aux idées djihadistes. Deux membres des forces armées avaient été tués.

Dans une première attaque, un jeune Québécois avait volontairement écrasé avec son véhicule un militaire sur un parking à Saint-Jean-sur-Richelieu, à 40 kilomètres au sud-est de Montréal, avant d’être abattu par la police. Deux jours plus tard, le 22 octobre, un individu avait tiré sur un soldat en faction devant le monument aux morts d’Ottawa avant de s’engouffrer dans le Parlement où il avait aussi été tué par les forces de sécurité à quelques mètres d’une salle où plusieurs membres du gouvernement étaient réunis. À la suite de ces attaques, le gouvernement conservateur au pouvoir avait fait voter une loi antiterroriste en donnant plus de pouvoirs aux services de renseignements et à la GRC, notamment pour prévenir le départ de jeunes Canadiens en Syrie pour rejoindre les combattants du groupe État islamique.

Le Canada s’est associé en septembre 2014 à la coalition internationale contre le groupe EI. Après son arrivée au pouvoir à l’automne dernier, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a réduit son engagement avec le retrait des avions de combat des forces de la coalition tout en prévoyant l’envoi de plus de conseillers militaires en Irak. Au lendemain de l’attentat de Nice (sud-est de la France) qui a fait 85 morts, Justin Trudeau avait réaffirmé sa volonté de “combattre le terrorisme sous toutes ses formes” et de travailler en étroite collaboration avec les pays alliés. AFP

Laisser un commentaire