Share
Intégration économique de l’Afrique de l’Est : MOMPBASA – NAIROBI – MALABA – KAMPALA – KIGALI – TORORO – GULU – NIMULE – JUBA.

Intégration économique de l’Afrique de l’Est : MOMPBASA – NAIROBI – MALABA – KAMPALA – KIGALI – TORORO – GULU – NIMULE – JUBA.

Photo : Le président kenyan, Uhuru Kenyatta (à gauche) a reçu son homologue rwandais, Paul Kagame


11ème Sommet du Corridor Nord en Afrique de l’Est / Projets de transports internationaux / Grand Rail 2000km
NAIROBI accueillait le 17 octobre dernier le 11ème Sommet du Projet d’Intégration du Corridor Nord en Afrique de l’Est. Le Rwanda était représenté par son Président, Paul KAGAME.
 
Le projet du « Corridor Nord » en Afrique, pourrait devenir un modèle de référence sur le continent africain, en progressant sur la voie de l’intégration économique régionale.
 
Cette organisation internationale crée le 6 octobre 2006 regroupe le Kenya, le Burundi, le Rwanda, l’Ouganda, le Soudan Sud et la RDC; Elle a pour fonction de favoriser les transactions commerciales entre les Etats membres.
 
Depuis 5 ans des progrès importants ont été réalisés grâce notamment à la baisse de près de 50%, des coûts de logistique dans le domaine des transports, un facteur essentiel d’intégration régionale et de développement de l’économie. La logistique qui regroupe la gestion des stocks, l’approvisionnement, le dédouanement, et diverses procédures administratives a été simplifiée pour doper les échanges. Grâce à ces mesures pour optimiser le commerce plus de deux millions de containers, représentant 23 millions de tonnes de marchandises, ont circulé dans les pays appartenant au Corridor Nord.
Malgré les progrès indéniables réalisés les Chefs d’État sont conscients de la nécessité d’une mise en place plus rapide des projets. Le Président du Kenya, Uhuru KENYATTA, qui a accueilli ses homologues à Nairobi a déclaré : « Je suis impressionné par les progrès déjà réalisés, mais nous devons admettre que ces mesures effectives jusqu’ici, sont encore trop limitées ».
 
Lors de ce Sommet, il a beaucoup été question de l’imposant projet de la ligne de chemin de fer qui devra relier MOMPBASA – NAIROBI – MALABA – KAMPALA – KIGALI – TORORO – GULU – NIMULE – JUBA. Le projet s’étend sur 1915 km de voies ferrées et il est budgétisé à hauteur de 14 milliards de dollars. Les travaux ont déjà été entamés sur le tronçon MOMBASA – NAIROBI, tandis que les études de faisabilité sont actuellement en cours pour les autres tronçons de la ligne.
 
Lors de cette réunion, lesChefs d’États membres ont appelé à l’intervention du secteur privé pour assurer la mise en oeuvre de ce chantier gigantesque. Le Responsable rwandais, Denis KARERA, également Chairman de EABC (East Africa Business Council), a insisté sur le fait « qu’une politique doit être adoptée rapidement afin de permettre au secteur privé de participer au processus de lancement des marchés, pour mettre en oeuvre les différents projets ».
 
Une dynamique est enclenchée. Ainsi l’Ouganda, envisage de développer une raffinerie de pétrole de 4 milliards de dollars dont le secteur privé des États membres participerait pour près de 60% des financements. Un autre oléoduc traversera ELDORET – KAMPALA – KIGALI pour un coût de 1,5 milliards de dollars.
 
« En tant que région, nous devons forger des partenariats plus étroits, avec comme objectif principal d’encourager l’investissement privé dans certains projets phare », a déclaré le Président Keynatta.
 
Le RWANDA pour sa part a déjà signé un accord important pour l’achat d’électricité avec le Kenya et l’Ouganda; des investissement dans le domaine hydraulique venant en soutien de ces échanges.
 
Depuis octobre 2013, les États membres ont établi un seul territoire douanier ce qui réduit fortement le temps de transit et de dédouanement des marchandises. Alors qu’il fallait compter près de 22 jours pour convoyer des marchandises de MOMBASA à KIGALI, le même trajet se fait aujourd’hui en 6 jours. L’ensemble de ces mesures ont eu des répercussions non négligeables sur les prix du transport, qui sont passés de 7.000 à 5.000$ pour un container de 40 pieds. Un gain de temps et une réduction des coûts des facteurs essentiels pour les économies de Etats Membres.
 
Afrique Rédaction

 

Laisser un commentaire

*