Share
Investiture boudée de Sassou N’guesso : une douzaine de chefs d’Etats se sont retrouvés dans mascarade. Pour un doyen, c’est un flop

Investiture boudée de Sassou N’guesso : une douzaine de chefs d’Etats se sont retrouvés dans mascarade. Pour un doyen, c’est un flop

Investiture boudée de Sassou N’guesso : une douzaine de chefs d’Etats se sont retrouvés dans mascarade. Pour un doyen, c’est un flop
Summary:
Une douzaine de chefs d’Etat parmi lesquels Alassane Ouattara (Côte d'Ivoire), Macky Sall (Sénégal), Ali Bongo Ondimba (Gabon), Jose Edouardo Dos Santos (Angola), Idriss Déby Itno (Tchad), Paul Kagamé (Rwanda), Alpha Condé (Guinée Conakry), Manuel Pinto Da Costa (Sao Tomé et Principes), Hage Geingob (Namibie) ou encore Mahamadou Issoufou (Niger) ont pris part ce samedi 16 avril à la cérémonie d’investiture de Denis Sassou N'Guesso au Palais des Congrès de Brazzaville

0%

Investiture de Sassou N'guesso : une douzaine de chefs d'Etats étaient là, pour un doyen, c'est un flop

 Le président Sassou-Nguesso reçoit des mains d’un soldat le drapeau de la République du Congo, à Brazzaville, samedi 16 avril. © GUY-GERVAIS KITINA / AFP


Une douzaine de chefs d’Etat parmi lesquels Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Macky Sall (Sénégal), Ali Bongo Ondimba (Gabon), Jose Edouardo Dos Santos (Angola), Idriss Déby Itno (Tchad), Paul Kagamé (Rwanda), Alpha Condé (Guinée Conakry), Manuel Pinto Da Costa (Sao Tomé et Principes), Hage Geingob (Namibie) ou encore Mahamadou Issoufou (Niger) ont pris part ce samedi 16 avril à la cérémonie d’investiture de Denis Sassou N’Guesso au Palais des Congrès de Brazzaville.

Ce nouveau mandat de M. Sassou N’Guesso, arraché au prix d’une modification préalable de la constitution, inaugure de nouvelles régles de gouvernance avec la nomination d’un Premier ministre, chef du Gouvernement, et, en principe, un statut constitutionel pour l’opposition. Mais en dépit de ces concessions politiques, le pouvoir fait face depuis plusieurs semaines à de vives contestations et peine à rétablir l’ordre.

Face à cette opposition, M. Sassou N’Guesso répond par la promesse d’un décollage économique imminent : « Ce quinquennat sera celui de l’économie », a-t-il affirmé lors de son discours d’investiture. « Tous nos efforts tendront à consolider l’économie nationale de sorte qu’elle soit profondément diversifiée, dynamique, florissante et surtout créatrice d’emplois décents par milliers » assure-t-il. Pour cela le chef de l’Etat entend favoriser l’éclosion des initiatives privées, accompagner le financement des entreprises, attirer des investissements étrangers dans un large éventail de secteurs économiques et développer une diplomatie économique.

Il s’engage par ailleurs à rendre effective la nouvelle sécurité sociale, à réformer l’éducation et à accélérer le processus de décentralitation : « Il y a urgence pour l’administration publique d’agir à partir de chaque localité en tenant compte de la particularité de chaque espace géographique, des réalités propres à chaque collectivité locale et des comportements spécifiques, en liaison avec les structures sociales existantes. Le développement du Congo sera à la fois global et local. » promet-il.

Laisser un commentaire