Share
Irak: Daech fabrique des charges chimiques à l’université de Mossoul

Irak: Daech fabrique des charges chimiques à l’université de Mossoul

Irak: Daech fabrique des charges chimiques à l’université de Mossoul
Summary:
Les djihadistes fabriquaient des bombes avec du peroxyde d'acétone et des ceintures explosives analogues à celles utilisées lors des attentats à Bruxelles et à Paris. Les djihadistes ont également maîtrisé la fabrication d'explosifs à base de nitrates, selon un expert irakien.

0%

Irak: Daech fabrique des charges chimiques à l'université de Mossoul

© Sputnik. Pavel Lisitsyn


Les djihadistes fabriquaient des bombes avec du peroxyde d’acétone et des ceintures explosives analogues à celles utilisées lors des attentats à Bruxelles et à Paris. Les djihadistes ont également maîtrisé la fabrication d’explosifs à base de nitrates, selon un expert irakien.

 Les djihadistes de Daech ont mis sur pied, sur la base de laboratoires de l’université de la ville irakienne de Mossoul,  la fabrication d’engins explosifs de nouvelle génération, dont des charges chimiques, annonce le quotidien The Wall Street Journal se référant au général Hatem al-Magsousi, meilleur expert irakien des explosifs.Selon le général, les djihadistes fabriquaient des bombes avec du peroxyde d’acétone et des ceintures explosives analogues à celles utilisées lors des attentats à Bruxelles et à Paris. Les djihadistes ont également maîtrisé la fabrication d’explosifs à base de nitrates.

arme chimique
© AP PHOTO/ ALFONSO PEREZ

“L’université de Mossoul est le meilleur centre de recherches de Daech dans le monde entier”, a déclaré le général. Il a également annoncé que les saboteurs et les kamikazes étaient préparés à Mossoul. “Ils étaient formés d’abord dans la ville syrienne de Raqqa pour peaufiner ensuite leur savoir-faire à l’université de Mossoul”, a indiqué le général.

Le représentant de la coalition anti-Daech, dirigée par les États-Unis, Steve Warren a pour sa part annoncé que les avions américains avaient réalisé plusieurs frappes sur le territoire de l’université, la dernière datant du 19 mars.

“Nous avons appris que les djihadistes se servaient de locaux de l’université à des fins militaires et nous nous sommes mis à les bombarder”, a indiqué le porte-parole.

Mossoul, deuxième ville irakienne, est le bastion des djihadistes de Daech en Irak depuis l’été 2014. Le ministre irakien de la Défense Khaled al-Obeidi a promis en janvier que la bataille pour la libération de la ville aurait lieu en 2016 et qu’elle serait décisive dans la lutte contre les terroristes. Le 24 mars, l’armée irakienne a lancé une opération d’envergure visant à déloger les djihadistes. Avec Sputnik

Laisser un commentaire