Share
Irak: Exécution de 38 jihadistes condamnés à mort pour terrorisme

Irak: Exécution de 38 jihadistes condamnés à mort pour terrorisme

Trente-huit jihadistes condamnés à mort pour «terrorisme» ont été exécutés par pendaison jeudi dans la prison de Nassiriya, dans le sud de l’Irak.

Irak: Exécution de 38 jihadistes condamnés à mort pour terrorisme
Summary:
Trente-huit jihadistes condamnés à mort pour «terrorisme» ont été exécutés par pendaison jeudi dans la prison de Nassiriya, dans le sud de l'Irak.

0%

Irak: Exécution de 38 jihadistes condamnés à mort pour terrorisme

User Rating: 0 (0 votes)

Trente-huit jihadistes condamnés à mort pour «terrorisme» ont été exécutés par pendaison jeudi dans la prison de Nassiriya, dans le sud de l’Irak.

Il s’agit du plus grand nombre d’exécutions en Irak depuis celles de 42 condamnés menées le 25 septembre dans la même prison.

«L’administration pénitentiaire a exécuté jeudi en présence du ministre de la Justice Haïdar al-Zameli, dans la prison de Nassiriya, 38 condamnés à mort appartenant à Al-Qaïda et Daech et accusés d’avoir mené des activités terroristes», a déclaré Dakhel Kazem, directeur adjoint de la Commission de sécurité au Conseil provincial de Zi Qar.

Daech est un acronyme en arabe du groupe jihadiste État islamique (EI).

Ces exécutions ont eu lieu après confirmation du verdict et sur décision du Conseil présidentiel, qui doit donner son aval, selon le ministère de la Justice.

Toutes les personnes exécutées jeudi étaient des Irakiens. L’un d’eux possédait aussi la nationalité suédoise, a affirmé une source pénitentiaire.

Pour Lynn Maalouf, directrice Moyen-Orient de l’ONG Amnesty International, «en pratiquant une exécution de masse, la seconde en trois mois, les autorités irakiennes ont une fois de plus affiché un mépris flagrant de la vie humaine et de la dignité».

«Les victimes de l’EI méritent la justice et pas des exécutions de masse après des procès hâtifs et entachés de défauts», a-t-elle souligné. «Les personnes ayant commis des attaques meurtrières contre la population civile doivent être jugées mais les exécutions ne sont pas une réponse».

Laisser un commentaire