Share
Iran avec des attentats en occident: les politiques des Occidentaux se sont «retournées contre eux»

Iran avec des attentats en occident: les politiques des Occidentaux se sont «retournées contre eux»

Les attaques du groupe armé État islamique (EI) en Europe et dans le monde montrent que les politiques des Occidentaux au Moyen-Orient ont eu un effet contre-productif, a affirmé dimanche le guide suprême iranien au lendemain d’un attentat meurtrier à Londres.

Iran avec des attentats en occident: les politiques des Occidentaux se sont «retournées contre eux»
Summary:
Les attaques du groupe armé État islamique (EI) en Europe et dans le monde montrent que les politiques des Occidentaux au Moyen-Orient ont eu un effet contre-productif, a affirmé dimanche le guide suprême iranien au lendemain d'un attentat meurtrier à Londres.

0%

Iran: les politiques des Occidentaux se sont «retournées contre eux»

User Rating: 0 (0 votes)

Les attaques du groupe armé État islamique (EI) en Europe et dans le monde montrent que les politiques des Occidentaux au Moyen-Orient ont eu un effet contre-productif, a affirmé dimanche le guide suprême iranien au lendemain d’un attentat meurtrier à Londres.

«Aujourd’hui, Daech (l’acronyme en arabe de l’EI) est chassé de ses fiefs en Irak et en Syrie et s’étend vers d’autres pays -l’Afghanistan, le Pakistan et même les Philippines et les pays européens», a indiqué l’ayatollah Ali Khamenei dans un discours transmis à la télévision.

«C’est un feu que (les puissances occidentales) ont elles-mêmes déclenché et qui s’est retourné contre elles», a-t-il soutenu à Téhéran au cours d’une cérémonie marquant l’anniversaire du décès du fondateur de la République islamique, l’ayatollah Rouhallah Khomeini en 1989.

Samedi soir à Londres, plusieurs assaillants à bord d’une camionnette ont fauché des passants avant d’attaquer des passants au couteau, faisant au moins sept morts et une cinquantaine de blessés.

Les déclarations de Khamenei sonnent comme une réponse à la rhétorique réformiste utilisée par le président Hassan Rohani au cours de la campagne électorale qui a mené à sa réélection le mois dernier.

Rohani avait qualifié ses opposants conservateurs d’«extrémistes» et promis davantage de libertés individuelles et de dialogue avec l’Occident.

Khamenei a déploré l’assimilation du «comportement révolutionnaire» à de l’extrémisme. «Être révolutionnaire est ce dont le pays a besoin aujourd’hui», a-t-il affirmé, assurant qu’il était inconcevable d’être «à nouveau dominé par le pouvoir de l’Amérique et son arrogance».

Le guide suprême a également critiqué l’Arabie saoudite, grand rival régional de l’Iran et un allié des États-Unis, pointant la récente visite du président américain Donald Trump à Riyad qui s’est soldée par des contrats de plusieurs milliards de dollars.

«Afin de satisfaire le nouveau président américain, le gouvernement saoudien est obligé de dépenser plus de la moitié de ses ressources financières (…) conformément à la volonté de l’Amérique», a indiqué Khamenei. AFP

Laisser un commentaire