Share
Iran refuse le départ de Bachar-Al- Assad avec le format Européen. Velayati dit, je cite : départ d’Assad, ligne rouge de l’Iran

Iran refuse le départ de Bachar-Al- Assad avec le format Européen. Velayati dit, je cite : départ d’Assad, ligne rouge de l’Iran

Iran refuse le départ de Bachar-Al- Assad avec le format Européen. Velayati dit, je cite : départ d’Assad, ligne rouge de l’Iran
Summary:
Le départ du président syrien Bachar Assad est la ligne rouge de la République islamique d’Iran, a déclaré un haut responsable iranien. « L'avenir du président syrien ne peut être déterminé que par le peuple syrien et cela est une ligne rouge pour Téhéran qui soutient fermement Bachar Assad », a affirmé le conseiller du Guide suprême de la Révolution islamique, Ali Akbar Velayati.

0%

Iran refusé le départ de Bachar-Al- Assad avec le format Européen. Velayati dit, je cite : départ d’Assad, ligne rouge de l’Iran

Le conseiller du Guide suprême de la Révolution islamique, Ali Akbar Velayati ©TASNIM


Le départ du président syrien Bachar Assad est la ligne rouge de la République islamique d’Iran, a déclaré un haut responsable iranien.

« L’avenir du président syrien ne peut être déterminé que par le peuple syrien et cela est une ligne rouge pour Téhéran qui soutient fermement Bachar Assad », a affirmé le conseiller du Guide suprême de la Révolution islamique, Ali Akbar Velayati.

Velayati est arrivé vendredi à Damas, capitale syrienne, où il a ouvertement annoncé le soutien de l’Iran au peuple et au gouvernement syriens.

« La Syrie est, plus que jamais, en position de force et les deux pays entretiennent des relations très proches. Nous soutenons la résistance du peuple et de la nation syriens face aux terroristes et aux courants extrémistes et takfiris », a affirmé M. Velayati.

Selon le conseiller du Guide suprême de la Révolution islamique, les relations amicales qu’entretiennent l’Iran et la Syrie et le rétablissement de la stabilité et de la sécurité au Moyen-Orient nécessitent des navettes diplomatiques entre les responsables des deux parties.

« Personne ne pourra imposer sa solution à la nation syrienne et la victoire sera à la Syrie dans sa lutte contre le terrorisme ».

Il a ensuite dénoncé l’Arabie saoudite pour ses accusations anti-iraniennes, disant que ce pays soutenait, lui-même, le terrorisme.

« La Russie insiste sur le maintien de Bachar Assad au pouvoir. L’Iran et le Hezbollah soutenaient dès le début le gouvernement légal de la Syrie et la Russie les a ensuite rejoint en apprenant qu’il n’existe, pour le moment, aucune alternative pour Assad. Je pense que la Syrie connaîtra une situation bien pire sans Bachar Assad ».

Ali Akbar Velayati a été accueilli, à sa descente d’avion, par le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Meqdad.

Laisser un commentaire

*