Share
News Onu : Irina Bokova pourrait devenir la secrétaire générale de l’ONU en replacement de Ban Ki-Moon

News Onu : Irina Bokova pourrait devenir la secrétaire générale de l’ONU en replacement de Ban Ki-Moon


De la Direction générale de l’Unesco au Secrétariat général de l’ONU : Il n’y a finalement qu’un pas pour Irina Bokova.

Un groupe de réflexion américaine, le « conseil des relations étrangères », dans un rapport intitulé « L’avenir du bureau du secrétaire général de l’ONU » qui est occupé actuellement par le sud-coréen, Ban ki-moon, a écrit que l’actuelle directrice générale de l’ONU qui en est d’ailleurs à son deuxième mandat, est envisagée par beaucoup pour remplacer Ban ki-moon.

Alors que depuis 1945, le secrétaire général de l’ONU a toujours été un homme, des experts prédisent que la course pour ce poste qui sera officiellement déclenchée en décembre pourrait voir arriver à la tête de l’organisation, et pour la première fois dans son histoire, une femme.

Si aujourd’hui, on pense que les yeux sont tous rivés vers les élections américaines, il ne faut pas perdre de vue, une autre sélection et cette fois-ci à échelle mondiale qui est aussi le sujet des préoccupations des diplomates.

Ce rapport de l’observatoire américain cite d’autres noms de leaders mondiaux féminins qui auraient tout autant le mérite d’occuper ce poste. Il s’agirait de Christina Georgina, une des célèbres politiciennes de Bulgarie ;  Vesna Pvsych, la ministre des Affaires étrangères de la Croatie ; Christina Fygvyrrz, la diplomate du Costa Rica ; Rebecca Greenspan, l’ex-vice-présidente du Costa Rica ; Alicia Ibarra Barsna du Mexique et aussi Helen Clark, l’ancienne Premier ministre de la Nouvelle-Zélande.

Ce groupe de réflexion se réfère au processus de désignation du secrétaire général de l’ONU qu’il ne juge pas transparent et comportant des critères officieux qui ont empêché jusque-là que des femmes se portent candidates.

Le groupe de réflexion conclut ainsi : « Il est souhaité que les autorités onusiennes fassent une liste complète des candidats avant le mois de mars et qu’ensuite les membres du Conseil de sécurité, après de longs mois de discussions personnelles avec chacun des candidats, déclarent enfin au public, le nom de la personne de leur choix. »

Il est utile de dire ici que ce rapport cite aussi d’autres noms de leaders mondiaux femmes comme la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, la présidente chilienne, Michelle Bachelet, l’ex-présidente de l’Irlande, Mary Robinson ou encore, la chancelière allemande, Angela Merkel.

Laisser un commentaire