Share
Kivu-RDC : L’insécurité grandissante en province du Sud-Kivu en général et dans la ville de Bukavu ne nous a pas épargné.

Kivu-RDC : L’insécurité grandissante en province du Sud-Kivu en général et dans la ville de Bukavu ne nous a pas épargné.

L’insécurité grandissante en province du Sud-Kivu en général et dans la ville de Bukavu ne nous a pas épargné.
En effet, les bureaux du directoire national (siège) de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en République Démocratique du Congo, situés au N°186 AV. P.E LUMUMBA (l’artère principale de la ville de Bukavu) ont été visités par des bandits non autrement identifiés jusque là, dans la nuit du dimanche 16 au lundi 17 août 2015.
Ils ont cassé les vitres de la portes principales et se sont introduits dans le bureau et ont par la suite cassé la serrure de la porte du président de la NDSCI. Ils ont emportés avec eux trois ordinateurs portables (un pour le service programmes, deux autres appartenant au président national de la NDSCI), un desk top de la permanence, l’ensemble du matériel de connexion i internet vodanet, un appareil photo numérique, une tablette, l’agenda de bureau du président, quelques documents de valeur de l’organisation ainsi qu’une somme de 640$. Ces bandits ont aussi fouillés de fond en comble les tiroirs et étagères des bureaux visités éparpillant par terre tous les documents.
Cet acte est considéré par la NDSCI comme une atteinte aux droits de l’homme et à la liberté d’expression et de pensée; au regard du mode opératoire utilisé par ces bandits et ce à la veille d’une grande conférence  débat que compte organiser ce mercredi 19 août 2015 la NDSCI dans le cadre de la campagne tournons la page pour une alternance en Afrique et qui porterait sur « Le processus électoral en RDC est il en panne? Voies et moyens pour sortir de l’enlisement.
Le fait de cibler principalement les ordinateurs du chargé de programmes et ceux du président national ainsi que son agenda de bureau nous pousse à croire que ce vol n’est pas un simple vol ordinaire, mais une action bien organisée en vue de faire peur à la NDSCI et ses militants, essentiellement des jeunes, et aussi chercher à connaitre les différents canaux et partenaires de cette organisation citoyenne qui milite pour la démocratie et l’état de droit en RDC.
Ceux qui ont commis ce vol ainsi que leurs commanditaires viennent de donner un coup dur à la NDSCI en handicapant sensiblement son travail (privés d’ordinateur et de la connexion internet).
Qu’à cela ne tienne, la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC reste déterminée et très engagée à poursuivre son combat pour le triomphe de la démocratie, de l’état de droit et de la justice et distribution équitable des ressources de notre pays.
Une fois alerté de cas, le staff de la NDSCI a pris le soin d’alerter toutes les autorités compétentes. La Police d’investigation criminelle a dépêché un des officiers qui a fait le constat sur PV et des enquêtes ont été ouvertes à cet effet. Pour quel résultat? Dieu seul sait quand on connait comment sont faites les enquêtes dans notre pays.
La NDSCI espère que ce cas d’atteinte aux libertés fondamentales en cette période électorale, ne restera pas impuni et bénéficiera d’un traitement particulier au sein de vos organisations et réseaux. Nous vous serons très reconnaissant pour le relais et condamnation formelle de cette énième violation des droits et libertés du peuple congolais et pour tout autre soutien en vue de permettre à cette organisation citoyenne et militante pour la démocratie en RDC de poursuivre dans des meilleures conditions avec son travail.
Pour la NDSCI,
Jean Chrysostome Kijana, Président.
+243998893542/+243855063079

Jean – Chrysostome Kijana
Journaliste et défenseur des droits de l’homme  en RDC
Président National de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, NDSCI.
+243 998893542 /+243 85 506 3079
[email protected]
skype : MUCHUBA
« Chacun a le droit individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales au niveau national et international ». (Article 1 – Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’Homme, 9 décembre 1998)

Laisser un commentaire

*