Share
La Cour suprême américaine valide des interdictions locales des fusils d’assaut

La Cour suprême américaine valide des interdictions locales des fusils d’assaut

La Cour suprême américaine valide des interdictions locales des fusils d’assaut
Summary:
La Cour suprême des États-Unis a rejeté lundi des recours contre les interdictions des fusils d'assaut prises dans le Connecticut et à New York, huit jours après une tuerie perpétrée avec ce type d'arme dans une boîte de nuit gaie d'Orlando. En refusant de programmer parmi ses audiences ces recours, la plus haute juridiction américaine confirme la validité des législations prises par ces deux États dans le sillage d'un autre massacre commis en 2012 dans une école primaire de Newtown, dans le Connecticut.

0%

La Cour suprême américaine valide des interdictions locales des fusils d'assaut

Le fusil d’assaut AR-15 est légal aux États-Unis. Le modèle fabriqué là-bas peut tirer plus d’une trentaine de balles à la minute.AP, CHARLES KRUPA


La Cour suprême des États-Unis a rejeté lundi des recours contre les interdictions des fusils d’assaut prises dans le Connecticut et à New York, huit jours après une tuerie perpétrée avec ce type d’arme dans une boîte de nuit gaie d’Orlando.

En refusant de programmer parmi ses audiences ces recours, la plus haute juridiction américaine confirme la validité des législations prises par ces deux États dans le sillage d’un autre massacre commis en 2012 dans une école primaire de Newtown, dans le Connecticut.

Cette attaque, qui avait causé la mort de 26 personnes, dont 20 enfants, avait également été commise par un tireur équipé d’un fusil d’assaut semi-automatique, une arme qui permet de tirer de nombreuses balles en quelques secondes.

Le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis autorise les Américains à détenir une arme pour défendre leur foyer.

Depuis qu’elle a validé cette interprétation du deuxième amendement, la Cour suprême refuse d’entrer dans les détails sur les armes permises ou non selon les villes et les États. AFP

Laisser un commentaire