Share
LA DIPLOMATIE AU CENTRE DE L’ALTERNANCE : EN RDC ET DANS LA REGION DE GRANDS  LACS

LA DIPLOMATIE AU CENTRE DE L’ALTERNANCE : EN RDC ET DANS LA REGION DE GRANDS LACS

 

Au lendemain de la grande messe kinoise autour du leader moral de l’afdl au pouvoir en République démocratique du Congo . Il nous a paru opportain de continuer à brosser les stratégies qui devront être mise en place pour que l’équipe sortant puisse effectivement sortir au terme de cette législature . Vu le nombre important des frondeurs de la majorité présidentielle à kinshasa , il est important pour tout citoyen congolais soucieux du changement effectif et réel de politique et des acteurs politiques , continuer à explorer les pistes de solutions pour le renouveau pour tous . La présence des frondeurs étant la possibilité pour la kabilie d’élargir le spectre politique à l’intérieur du territoire , en brouillant les pistes tout en infiltrant l’opposition politique , nous invitons les résistants combattants de l’occupation de l’afdl , à bien comprendre que notre action ne réussira que grâce à une diplomatie politique régionale bien pensée et portée par les acteurs du renouveau .

Une diplomatie régionale inexistante risque de confisquer notre travail de longue date et perdre aux mobitistes et afdlistes de continuer la mise à mal de l’intégrité , la souveraineté et la dignité de notre peuple . L’Elite pensante de notre pays ne doit avoir que de devoirs face à un peuple esseulée comme l’est notre peuple actuellement .

De ce fait , comment peut on construire une nouvelle alliance dans une région aussi complexe ?

Avec quels acteurs , devrons nous travailler pour redonner à notre pays , un nouvel élan qui doit épouser les attentes populaires ?

L’Afdl ou l’alliance des vautours pour la confiscation du pouvoir politique :

Les interrogations de la majorité présidentielle au pouvoir en RDC sur la continuité du pouvoir de Mr Kabila Kabange Hypolite , ressemble bien à une volonté de confiscation du pouvoir politique de notre pays . Nous ne cessons de rappeler au peuple , l’origine de ce pouvoir , son histoire politique qui légitime le mensonge politique au détriment de la vérité , l’oppression au détriment de la liberté et la pauvreté collective face à l’enrichissement insolent de ses personnalités sur les avoirs communs à tous . Le cas de Mr Moise Katumbi chapwe en est l’exemple même à éviter pour la nouvelle république soucieuse de l’égalité et de la fraternité pour tous . Les membres de l’alliance ont tout confisqué pour mieux nous assujettir à leur volonté politique . Les richesses minières , naturelles du pays sont de biens communs pour tout citoyen de ce pays . Comment alors expliquer la pauvreté chronique de la majorité des katangais alors même que Mr Moïse Katumbi se prévaut des richesses amassées durant sa gouvernance de la région minière du Katanga ? Comment l’homme qui cumule les acquisitions foncières au moment où il est l’autorité gouvernementale de l’espace en question ? peut il prendre le rôle du défenseur de la démocratie ? Ce scénario ressemble bien à la raison du plus fort qui est toujours la meilleure du célèbre écrivain français du nom de La fontaine . La démocratie qui se définit par le pouvoir du peuple , par le peuple et au peuple , ne doit pas être salie par des personnalités qui ont pour modèle l’épanouissement individuel au lieu de penser à la réalisation d’un peuple au travers de progrès éducatif , social et économique .

Quelle vision de la société congolaise , ces oligarches de l’afdl présentent ils aux yeux du mondes ?

Eux qui ont gouverné ce pays depuis au moins 2003 . Quel héritage commun vont ils nous laisser après plus de deux quinquenats ? Sur le plan institutionel ? Politique ? Et économique ?

La médiocrité du bilan est à la hauteur du pillage financé réaliser par ces acteurs à savoir Mr Kabila kabange , Mr Moise Katumbi , Mr Kizenga antoine , Mr Augustin Matata Ponyo , Mr Adolphe Mozito ….. pour ne citer que ceux là à cause de leur visibilité politique .

Cette cupidité intérieure s’associe au paiement de la facture de la guerre imposée , perdue par le peuple congolais lors de l’entrer de l’alliance sur le sol congolais en 1997 . Notre résistance nous a coûté de multiples dialogues pour imposer une infiltration politique . Les pays de l’alliance ( Rwanda , ouganda , tanzanie , angola ) et plus tardivement le congo brazza , continuent d’imposer une diplomatie de non agression ,génératrice des haines , donc d’implosion sociale et politique des systèmes à l’intérieur du pays .

Nous constatons néanmoins l’affaiblissement politique considérable de l’alliance lié à plusieurs facteurs :

  • Le départ de l’homme clé de la diplomatie de l’alliance ( afdl ) , le Rais Kikwete en Tanzanie : en effet , l’ancien diplomate arrivé à terme de ses 2 mandats , va laisser la place à son successeur qui est un homme pragmatique , un ingénieur et ancien ministre des travaux publiques , l’homme veut tout d’abord se concentrer sur le développement économique de son pays . Les problèmes régionaux ne semblent pas le passionner . La diplomatie tanzanienne va subir dans les mois qui suivent de modifications significatives au point même de demander le retrait de la tanzanie dans la coalition pour de raisons éthiques ; ce retrait devra être précedé du retour de troupes tanzaniennes au pays .
  • La volonté de plusieurs membres de l’afdl à changer la constitution ou à modifier la loi fondamentale pour conserver le pouvoir , une vision non conforme à leur déclaration du respect des règles démocratiques ( rwanda , rdc , congo brazza … ) .
  • Une contestation d’abord sociale de la part des populations des pays concernées par les veilléités du changement constitutionnel , rend les réformes politiques impossibles dans la paix . Toute réforme va se heurter à un mouvement social de grands ampleurs .
  • L’épineux dossier burundais avec Mr Pierre Nkurunziza et son élection contestée de partout .

Tous ces éléments affaiblissent considérablement le pouvoir politique de l’alliance dans la région . Une opposition politique visionnaire peut être génératrice d’espoir populaire et pourra de ce fait , piloter tous ces mouvements sociaux de contestation politique .

Préparer les solutions concrètes de l’après crises , est une nécessité pour la maîtrise de notre destin politique .

Si aujourd’hui , le peuple congolais souhaite réellement un changement radical , la solution ne sera certainement pas dans le choix par voie électoral d’une autre autorité morale qui incarnera le renouveau dans le style et la vision dans l’organisation de notre Etat .

Le changement qui doit d’abord être porté par le peuple dans sa colère du retard accumulé , devra être marqué du sceau de liberté . Ce changement populaire doit cependant être incarné par une élite engagée , libérée des aspirations matérielles et portée par l’amour de poser des marqueurs sûrs dans l’histoire collective de notre pays .

Cette élite de l’excellence , devra garantir la liberté pour tous et partout sur toute l’étendue du territoire . Elle devra donner sans exiger un retour quelconque de la part d’une population abandonnée depuis des décennies par la cupidité de différents acteurs politique de notre pays , son savoir et son savoir -faire dans les catégories pratiques de la vie .

Elle devra construire un modèle sociale à la congolaise où le partage dans l’équité devra être l’esprit qui le guide .

Cette lutte sociale intérieure devra se traduire par une alliance diplomatique de renouveau politique .

La diplomatie au centre du changement

Il est évident qu’avec cette nouvelle ère qui s’ouvre , la priorité pour la réussite de ce changement populaire est en notre capacité à insouffler une nouvelle vision diplomatique dans la région :

a) Une nouvelle alliance autour des pays forts de la région : en observant l’évolution actuelle , nous relevons , le rôle majeur pour la stabilisation régionale joué par l’Angola et nous pensons que son rôle sera de plus en plus croissant dans les années avenirs . Il est donc impératif pour nous de nouer de nouvelles relations basées sur une coopération économique apesée dans le cadre de l’exploitation pétrolifère des eaux internationales . Les peuples bantous de 2 pays doivent être en mesure d’unir leur joyau au profit du progrès pour tous . L’autre puissance économique montante est le Rwanda avec qui nous devons repanser les plaies en faisant le choix de l’opposante emprisonnée et à s’attacher avec les militaires déchus par le cartel politique actuel .

b) une diplomatie de lumière : Cette diplomatie de lumière est une diplomatie qui met en valeur la liberté des peuples de la région d’avoir la maîtrise de leurs destins . Nous devons donc valoriser les rencontres politiques pour valoriser , échanger nos valeurs communes africaines basées sur la fin de la soumission politique et le goût à l’invention d’un nouveau modèle d’organisation et d’administration de nos territoires . Emmenée par un groupe d’intellectuel régional , Nous devons militer pour la sortie politique d’une génération belliqueuse de la classe politique africaine soucieuse de la conservation des privilèges au lieu de mettre en place le modèle de partage des acquis communs . Cette diplomatie devra jeter les jalons d’une coopération politique de plusieurs décennies .

c) Le respect des politiques internes tout en choisissant toujours d’être du côté des peuples en cas de conflits politiques .

Laisser un commentaire