Share
La guerre ouverte contre la presse:  des médias exclus d’un point de presse de la Maison-Blanche

La guerre ouverte contre la presse: des médias exclus d’un point de presse de la Maison-Blanche

La guerre ouverte contre la presse: des médias exclus d’un point de presse de la Maison-Blanche
Summary:
Plusieurs journalistes se sont vu refuser l'accès au point de presse de la Maison-Blanche, ont rapporté de nombreux médias américains, vendredi. Les journalistes du New York Times, du Los Angeles Times, de Politico et de CNN comptent parmi les exclus de l'exposé du porte-parole Sean Spicer - un point de presse plus informel que la séance de questions normalement télévisée.

0%

La guerre ouverte contre la presse: des médias exclus d'un point de presse de la Maison-Blanche

Le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer répondant aux questions des journalistes, le 8 février.PHOTO MANDEL NGAN, ARCHIVES AFP


Plusieurs journalistes se sont vu refuser l’accès au point de presse de la Maison-Blanche, ont rapporté de nombreux médias américains, vendredi.

Les journalistes du New York Times, du Los Angeles Times, de Politico et de CNN comptent parmi les exclus de l’exposé du porte-parole Sean Spicer – un point de presse plus informel que la séance de questions normalement télévisée.

Les réseaux de télévision NBC, ABC, CBS et la chaîne Fox News ont pu y prendre part. Des médias conservateurs jugés plus favorables à l’administration de Donald Trump y ont aussi été acceptés, dont le site de nouvelles «Breitbart News», fondé par son actuel stratège en chef, Steve Bannon.

L’agence Associated Press a pour sa part choisi de boycotter le point de presse. Sa directrice des relations de presse, Lauren Easton, a déclaré que «le public devrait avoir autant d’accès au président que possible».

Plus tôt vendredi, le président Donald Trump avait profité d’un rendez-vous politique conservateur pour vilipender les médias.

La Maison-Blanche a défendu sa décision.

«Nous avons invité ce bassin pour que tout le monde soit représenté. Nous avons décidé d’ajouter quelques personnes additionnelles au-delà du bassin. Rien de plus», a expliqué la porte-parole Sarah Sanders.

Les médias exclus n’ont pas tardé à faire entendre leur mécontentement.

«Rien de la sorte ne s’est produit à la Maison-Blanche dans notre longue histoire de couverture de nombreuses administrations de différents partis. Nous contestons vivement l’exclusion du New York Times et d’autres organisations médiatiques. L’accès libre de la presse à un gouvernement transparent est évidemment crucial et d’intérêt national», a écrit le rédacteur en chef du New York Times, Dean Baquet.

«Apparemment, c’est ainsi que (la Maison-Blanche de Donald Trump) use de représailles lorsque l’on rapporte des faits qu’ils n’aiment pas. Nous continuerons à le faire quand même», a rétorqué CNN sur Twitter. AFP

Laisser un commentaire