Share
La justice russe ordonne de bloquer LinkedIn en Russie

La justice russe ordonne de bloquer LinkedIn en Russie

La justice russe ordonne de bloquer LinkedIn en Russie
Summary:
Un tribunal de Moscou a ordonné jeudi de bloquer en Russie le réseau social professionnel LinkedIn, accusé par les autorités russes de violer une loi controversée imposant le stockage des données personnelles en Russie.«Le tribunal municipal de Moscou a reconnu aujourd'hui légal le blocage de LinkedIn», rejetant ainsi l'appel de ce réseau social américain, a déclaré à l'AFP la porte-parole du tribunal, Ouliana Solopova.

0%

La justice russe ordonne de bloquer LinkedIn en Russie

Un tribunal de Moscou a ordonné jeudi de bloquer en Russie le réseau social professionnel LinkedIn, accusé par les autorités russes de violer une loi controversée imposant le stockage des données personnelles en Russie.

«Le tribunal municipal de Moscou a reconnu aujourd’hui légal le blocage de LinkedIn», rejetant ainsi l’appel de ce réseau social américain, a déclaré à l’AFP la porte-parole du tribunal, Ouliana Solopova.

Cette décision de justice a confirmé celle prise en première instance début août par un autre tribunal moscovite, saisi par l’agence gouvernementale de surveillance des télécommunications Roskomnadzor, selon la même source.

Cette dernière a accusé LinkedIn de violer la loi obligeant les services de messagerie, les moteurs de recherche et les réseaux sociaux étrangers de stocker en Russie les données personnelles de leurs utilisateurs russes.

Adoptée en 2014 malgré les vives critiques des acteurs de l’internet, la loi est entrée en vigueur en Russie en septembre 2015.

L’agence Roskomnadzor a appuyé sa demande de bloquer l’accès au réseau mondial LinkedIn par le fait que le site www.linkedin.com et toutes les données personnelles des utilisateurs russes qui y sont inscrits sont gérés par «LinkedIn Corporation, située en dehors du territoire russe».

«Dès que nous aurons reçu l’exposé des raisons de la décision du tribunal, nous placerons LinkedIn sur la liste des contrevenants (…) et notifierons les opérateurs de la nécessité de bloquer ce site», a déclaré à l’agence Interfax le porte-parole de Roskomnadzor, Vadim Ampelonski, après le rejet de cet appel.

Le site pourrait être bloqué dès la semaine prochaine, a-t-il ajouté.

Pour sa part, un porte-parole de LinkedIn, cité par Interfax, s’est défendu en arguant qu’on ne peut pas violer les droits des «utilisateurs qui ont fourni de leur propre gré les données personnelles pour élargir leurs contacts professionnels».

«Un blocage va par contre violer les droits des citoyens qui sont inscrits sur ce réseau, car ils n’en auront plus l’accès», a-t-il ajouté.

Le sujet des données personnelles et de leur utilisation est particulièrement sensible en Russie où les autorités ont introduit ces dernières années plusieurs lois renforçant le contrôle sur internet et les réseaux sociaux, devenus vitaux pour l’opposition russe.

Laisser un commentaire