Share
La RDC dotée d’une structure anti-fraude…Il faudra qu’ils commencent à Kingakati

La RDC dotée d’une structure anti-fraude…Il faudra qu’ils commencent à Kingakati

La Société d’exploitation du guichet unique du commerce extérieur, SEGUCE RDC, a démarré ses activités le 24 juillet 2015, ouvrant ainsi une nouvelle ère dans les opérations commerciales. Le ministère du Commerce extérieur a organisé un séminaire national d’information sur cette plate-forme à l’hôtel Memling de Kinshasa.

L’on a appris que le gouvernement a attribué à cette plate-forme une concession pour la conception, la mise en œuvre et la gestion du Guichet unique du commerce extérieur. Ce dernier offre plusieurs avantages aux importateurs, exportateurs et autres agents des douanes. Parmi ces avantages, il y a la réduction des frais de transaction liés aux temps morts générés par le traitement physique des opérations d’exportation ou d’importation.

D’emblée, il faut signaler que cette plate-forme sécurisée permet aux acteurs économiques de déposer des informations et documents standardisés auprès d’un organisme unique. À travers cette démarche, il leur sera désormais possible de remplir l’ensemble de leurs obligations réglementaires en matière d’import-export, de transbordement et de transit. C’est bien une révolution dans la lutte contre les fraudes et tracasseries.

En effet, la SEGUCE RDC permet de combattre toute lourdeur et trafic illicite dans le processus d’importation et de dédouanement des marchandises aux frontières. Pour le directeur général de la SEGUCE RDC,  Elie Sawaya, il faut s’attendre à des résultats intéressants parmi lesquels la diminution considérable des délais et coûts d’importations et d’exportations. « Cela aura un impact positif sur l’économie congolaise. L’Etat bénéficiera d’une plate-forme de suivi et de statistique fiable indispensable à la gouvernance économique et à la sécuridsation des recettes ».  

Ce séminaire, le premier du genre organisé dans trois villes du pays, en l’occurrence Kinshasa, Matadi et Lubumbashi, permet d’expliquer le dispositif mis en place pour la procédure de pré-douanement. Comme l’explique les analystes, le projet ainsi lancé tire sa complexité de trois aspects fondamentaux : sa dimension géographique, son périmètre et son format.

Les informations techniques en notre possession confirment que « la plate-forme de dématérialisation des processus logistique, administratif et réglementaire liés à l’importation et l’exportation de toute marchandise intègrera les modules de pré et post dédouanement autour de la composante douanière sur tout les modes de transports ». Cela comprend différents modes de transports maritime, aérien, ferroviaire, terrestre, fluvial et lacustre. L’on vise environ huit corridors principaux.

La SEGUCE jouera un grand rôle de coordination des flux d’information entre les différents acteurs. Et sa facturation s’effectuera par l’émission d’un bordereau de frais unique centralisant tous les éléments propres aux différentes structures de la chaine logistique.

Laurent Essolomwa
Adiac-Congo

Laisser un commentaire