Share
Face à l’échéance du 19 décembre: la RDC dans l’inconnu !

Face à l’échéance du 19 décembre: la RDC dans l’inconnu !

Face à l’échéance du 19 décembre: la RDC dans l’inconnu !
Summary:
Ce 19 décembre s'annonce comme une échéance cruciale pour la République Démocratique du Congo car la date marque la fin du second mandat de l’actuel président Joseph Kabila. Déjà placé à la tête de la présidence de la République Démocratique du Congo à la mort de son père en 2001, il est officiellement élu une première fois en 2006 puis de nouveau en 2011. C’est ce second mandat de cinq ans qui touche à sa fin le 19 décembre.

0%

Face à l'échéance du 19 décembre: la RDC dans l'inconnu !

Ce 19 décembre s’annonce comme une échéance cruciale pour la République Démocratique du Congo car la date marque la fin du second mandat de l’actuel président Joseph Kabila. Déjà placé à la tête de la présidence de la République Démocratique du Congo  à la mort de son père en 2001, il est officiellement élu une première fois en 2006 puis de nouveau en 2011. C’est ce second mandat de cinq ans qui touche à sa fin le 19 décembre.

Second… et dernier mandat selon la constitution du pays. Son article 70 est très clair sur ce point : «  Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois.  »

Un dernier mandat qui se prolonge

Sachant qu’il ne peut pas être candidat à la prochaine élection présidentielle, Joseph Kabila ne semble pas pressé d’organiser le scrutin.

Par conséquent, la situation qui se profile d’ici quelques semaines, n’est pas celle d’un troisième mandat pour le président congolais mais plutôt celle d’un second mandat qui, de facto, se prolonge et s’éternise. Pour ses opposants, Joseph Kabila joue la montre en repoussant la perspective de l’élection présidentielle et donc celle de son départ. C’est ce qu’ils appellent  » la stratégie du glissement du calendrier électoral « .

La RDC dans l’inconnu

Seulement, à partir du 20 décembre, le jour d’après la fin officielle du second mandat, la RDC entrera dans l’inconnu. L’enjeu pour le pays est donc de trouver un accord pour organiser la transition jusqu’à la prochaine élection présidentielle qui désignera le successeur de Joseph Kabila.

De son côté, l’opposant historique Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) menace d’appeler à manifester dès le 19 décembre si cet accord de transition n’est pas conclu d’ici là.

La médiation de l’Eglise comme dernière chance

Il y a donc urgence et face à la montée de la tension et au blocage politique, l’Eglise catholique a décidé de jouer les médiateurs. Mardi, les évêques ont  » reçu les responsables de la majorité et de toutes les tendances de l’opposition  » selon l’abbé Masinganda, le secrétaire général adjoint de la Conférence épiscopale nationale du Congo.

Le même jour, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon appelait tous les acteurs politiques du pays à adhérer à cette médiation. Ce jeudi, ces pourparlers ont officiellement ouvert. Un dialogue de la dernière chance pour éviter que le pays ne retombe dans la violence. Rtbf -Julien Jeffredo

Laisser un commentaire