Share
La Suède met fin à sa coopération militaire avec l’Arabie saoudite au nom des droits de l’homme

La Suède met fin à sa coopération militaire avec l’Arabie saoudite au nom des droits de l’homme

La Suède a décidé de ne pas renouveler son accord de coopération militaire signé avec l’Arabie saoudite en 2005, a annoncé mardi 10 mars le premier ministresocial-démocrate, Stefan Löfven. « Il sera rompu », a déclaré M. Löfven à la radio publique SR depuis Kiev, à propos de cet accord qui était controversé au sein de la majorité de gauche en raison de la question des droits de l’homme.

En 2014, selon cet accord modeste, Riyad avait acheté pour 338 millions de couronnes (37 millions d’euros) d’armement suédois. La coalition entre sociaux-démocrates et Verts débattait en interne depuis son accession au pouvoir, au mois d’octobre, de l’opportunité de renouveler cet accord arrivant à échéance en mai. Les Verts militent traditionnellement contre la vente d’armes aux« dictatures » et considèrent que l’Arabie saoudite en est une. Quant aux sociaux-démocrates, même s’ils étaient seuls au pouvoir à l’époque où cet accord fut paraphé, ils apparaissaient très divisés sur la question.

Et vos yeux, qu’en disent-ils ? Pour en finir avec les yeux rouges et irrités, offrez à vos yeux la référence de l’innovation contre la fatigue visuelle

Cette décision est rendue publique peu après un incident diplomatique entre les deux pays, l’Arabie saoudite ayant empêché la ministre des affaires étrangèressuédoise, Margot Wallström, de prononcer un discours prévu lors d’une réunion de la Ligue arabe au Caire. La ministre, qui revendique une « politique étrangère féministe », avait irrité Riyad en dénonçant les « méthodes moyenâgeuses » de lajustice saoudienne contre le blogueur Raef Badaoui, flagellé pour « insulte à l’islam ».

M. Löfven, qui n’a pas donné de raison à cette décision, a cependant indiqué qu’elle avait été arrêtée « depuis un certain temps » et que les événements du Caire n’y avaient rien changé. L’opposition de centre droit en Suède appelait le gouvernement à prolonger l’accord, soulignant le risque de miner la crédibilité de la Suède en tant que partenaire commercial.

Le Monde

Laisser un commentaire

*