Share
Le Burkina Faso veut lever 9,5 milliards $ pour financer son plan de développement 2016-2020

Le Burkina Faso veut lever 9,5 milliards $ pour financer son plan de développement 2016-2020

Le Burkina Faso veut lever 9,5 milliards $ pour financer son plan de développement 2016-2020
Summary:
Le Burkina Faso envisage d'émettre un eurobond pour financer son plan de développement 2016-2020 et accélérer ainsi la croissance de son économie, a rapporté l’agence Bloomberg le 26 août, citant le Premier ministre Paul Kaba Thieba.« Nous avions besoin de 9,5 milliards de dollars pour mettre en œuvre un plan de développement quinquennal. Et c’est pour cette raison que le gouvernement va rencontrer les bailleurs de fonds et envisage de lever des fonds sur le marché régional ou d’émettre un eurobond », a déclaré M. Thieba.

0%

Le Burkina Faso veut lever 9,5 milliards $ pour financer son plan de développement 2016-2020

Le Burkina Faso envisage d’émettre un eurobond pour financer son plan de développement 2016-2020 et accélérer ainsi la croissance de son économie, a rapporté l’agence Bloomberg le 26 août, citant le Premier ministre Paul Kaba Thieba.« Nous avions besoin de 9,5 milliards  de dollars pour mettre en œuvre un plan de développement quinquennal. Et c’est pour cette raison que le gouvernement va rencontrer les bailleurs de fonds et envisage de lever des fonds sur le marché régional ou d’émettre un eurobond », a déclaré M. Thieba.

Le lancement du « Plan national de développement économique et social » (PNDES) vise relancer les projets gelés dans le sillage de la crise politique consécutive à la chute du président Blaise Compaoré suite à un soulèvement populaire en octobre 2014.

« Nous comptons solliciter les marchés régionaux pour lever des fonds, et en cas de nécessité nous allons recourir aux marchés internationaux comme l’ont déjà fait le Sénégal et la Côte-d’Ivoire avant nous », a indiqué le Premier ministre Burkinabè, sans préciser le montant d’un éventuel eurobond.

Lancé en mai dernier, le PNDES doit permettre à l’économie du Burkina Faso de réaliser un taux de croissance de 7,3 % par an en moyenne d’ici 2020, un niveau identique à celui enregistré durant les quelques années ayant précédé la crise politique qui a abouti à la chute du régime de Blaise Compaoré.

L’agriculture et les mines constituent  les deux principales sources de revenus du Burkina Faso. Ce pays membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est en effet  le premier producteur de coton et le quatrième producteur d’or en Afrique. Ecofin

Laisser un commentaire