Share
Le drame du combat à Bruxelles :  La police belge a été la gardienne de l’homme et ses acolytes qui veulent aller au dialogue avec la kabilie…

Le drame du combat à Bruxelles : La police belge a été la gardienne de l’homme et ses acolytes qui veulent aller au dialogue avec la kabilie…

Capture d’écran de l’endroit où, Etienne TSHISEKEDI et ses acolytes ont fait leur dernier show, le 8 août 2015 à Bruxelles, qui ressemblerait bien au représentation de Faust…Boulevard Jardin, N°44- 1000 Bruxelles


 

Les images en témoignent d’elles même et ces images là, sont pour moi, un signe, indubitablement, d’une grande évidence que cette clique de corrompus est bien à la solde de l’occupant en RDC.  A l’intérieur, les gens de la mangeoire, justifiant leur sale besogne, et à l’extérieur, les patriotes arborant l’étendard de la RDC, surveillés comme du lait sur le feu, par la police Belge…

Comment peut-on accepter, que la réunion en question, la prétendue rencontre avec la diaspora du du 8 août 2015 à Bruxelles, s’est résumée, en une rencontre tribale empêchant, les vrais combattants qui dans leur pertinence avérée au regard de leur objectivité et expertise du terrain, de prendre part à cette rencontre qui porte bien, au delà des polémiques qu’elle peut susciter,  une couleur au demeurant tribale ?

Comment peut-on admettre, que certains congolais venus de très loin, laissant leur occupation  in fine, de participer à cette mise en sciène, ont été refoulés par la police, en complicité avec ceux qui tamisaient les entrées (délit de sale gueule) ?

Même dans les cauchemars congolais, les plus infectent, les plus glauques,  on ne pouvait jamais, imaginer au regard de ce que les combattants, patriotes et activistes congolais ont pu vivre ce jour sombre et triste du 8 août 2015.

Comment peut-on admettre encore et encore, que la police belge qui  bastonnait sans retenue les manifestants qui s’opposaient au régime caporal de Joseph KABILA, est aujourd’hui dans le camp de ceux qui veulent aller au dialogue. La Belgique est-elle complice de cette mascarade, bien orchestrée pour un glissement planifié ?

Comment peut-on accepter enfin, de voir à Bruxelles même, les gens,  qui se disaient “vaillants combattants” qui se battaient ensemble main dans la main, pour la vérité des urnes, pour un vote piétiné le 30 novembre 2011, par le régime d’occupation.

Ils bravaient le froid et la neige, les intempéries pour l’imperium et enfin, pour l’effectivité du pouvoir de Tshisekedi, formaient une union sacrée. se retrouvent le 8 août 2015 divisés, en se regardant en chiens de faïence, comme des plus grands ennemis du monde, chacun dans son camp. Les uns à l’intérieur et les autres tenus en respect par la police belge ? C’est vraiment l’oeuvre d’un imposteur !
Etienne TSHISEKEDI décidément dans son incurie manifeste, ou ses incultes conseillers ont bien joué  leur dernière partition de ce qu’ils savent faire…Diviser, trahir et empocher les magots !
La mort dans l’âme, on peut se dire sans exagération, comme dit bien un proverbe chinois. Je cite : Lorsqu’on élève une serpent, il deviendra un jour, le dragon  qui t’avalera…

Cette clique d’ethno-tribalistes ont sapé ce combat noble qui avait intrinsèquement un idéal, chasser l’occupant et unifier le Congo sous la bannière étoilée, le drapeau congolais !
Mais hélas, ces ennemis de la république, avaient d’autres agendas cachés, dans leurs mallettes dégageant, des odeurs nauséabondes !

La stratégie de diabolisation pour arriver à leur fin, c’était de taxer ipso facto, tous ceux qui indexent ce petit monsieur de Limeté, complice patenté de la kabilie, sont immédiatement désignés comme étant des tribalistes, anti luba ! Or, il n’en rien ! Que du mercantilisme qui anime leur esprit étroit et maléfique.

Mais le pot aux roses a été découvert le 8 août 2015 à Bruxelles, lors de leur réunion de famille sécurisée par la police belge. L’UPDS version famille a mis à nu par ses turpitudes. Et nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Une date à inscrire dans les annales, des bourdes tshisekedistes maladroitement mis en relief. On pourra simplement dire, que le naturel qui revient au galop…

Deux proverbes qui résumeraient mieux ce que la vraie diaspora congolaise a pu vivre

1 – On est toujours sali par plus sale que soi !

soit,

2 – On n’est jamais sali que par la boue !

Si le ridicule pouvait tuer, le Congo aurait débarrassé de ses entrailles, ces gens sans loi ni foi.

Chaque chose a une fin, et à chaque chose malheur est bon ! C’est la fin des Tshisekedistes. Le divorce avec la diaspora congolaise est consommé, le 8 août 2015. Une date mémorable !

Roger BONGOS

 

 

Laisser un commentaire