Share
Le Maroc va lancer sa première usine d’armement en partenariat avec le belge Mecar et le britannique Chemring

Le Maroc va lancer sa première usine d’armement en partenariat avec le belge Mecar et le britannique Chemring

Le Maroc va lancer sa première usine d’armement en partenariat avec le belge Mecar et le britannique Chemring
Summary:
Selon le quotidien Akhbar Al Yaoum, le Maroc va lancer prochainement sa première usine de fabrication d’armement. Dénommé MCR Technologies, il s’agira d’une joint-venture avec le belge Mecar (aujourd’hui détenu par le français Nexter) et le britannique Chemring. A travers ce projet, MCR Technologies se chargera de fabriquer et distribuer une large gamme de munitions et garantira un transfert de technologies au profit des Marocains. Mecar et Chemring étant des entreprises spécialisées dans la fabrication de munitions moyennes et lourdes, allant de celles pour fusils mitrailleurs aux obus de 106mm pour chars ou d’obus de mortiers de 120mm.

0%

Le Maroc va lancer sa première usine d’armement en partenariat avec le belge Mecar et le britannique Chemring

Selon le quotidien Akhbar Al Yaoum, le Maroc va lancer prochainement sa première usine de fabrication d’armement. Dénommé MCR Technologies, il s’agira d’une joint-venture avec le belge Mecar (aujourd’hui détenu par le français Nexter) et le britannique Chemring.

A travers ce projet, MCR Technologies se chargera de fabriquer et distribuer une large gamme de munitions et garantira un transfert de technologies au profit des Marocains. Mecar et Chemring étant des entreprises spécialisées dans la fabrication de munitions moyennes et lourdes, allant de celles pour fusils mitrailleurs aux obus de 106mm pour chars ou d’obus de mortiers de 120mm.

D’un cout global de 300 millions de dirhams (31 millions $), cette usine, dont le Maroc détiendra 10% du capital, sera bâtie sur une superficie de 1000 hectares. Toutefois, aucune information sur le site précis de l’usine n’a encore été communiquée.

Par ailleurs, tout en permettant au Maroc de réduire la facture de ses importations en matériels de défense, cette usine contribuera à réduire l’écart avec son voisin algérien. En effet, l’Algérie a signé récemment un accord de partenariat industriel et commercial avec le groupe italien Leonardo-Finmeccanica (SPA-Italie) pour la fabrication d’hélicoptères légers et moyens sur le site industriel d’Aïn Arnat, à Setif.

A noter également que l’Institut international de recherches sur la paix de Stockholm (SIPRI), le Maroc et l’Algérie constitue les deux plus gros importateurs d’armes en Afrique. S’octroyant respectivement 26% et 30% des commandes totales d’armes sur le continent de 2011 à 2015. Le Maroc ayant, sur la même période, augmenté de 528% ses importations d’armes avec, entre autres, l’acquisition de 150 chars américains M1A1 Abrams. Enfin, selon le site spécialisé Strategic Defense Intelligence, le Royaume Chérifien dépensera 221 milliards de dirhams (2,2 milliards $) en armement de 2015 à 2019.

Il convient, par ailleurs, de rappeler qu’en janvier dernier, le quotidien Al Massae rapportait que, suite à un accord, l’Arabie Saoudite s’est engagée à financer le projet de mise en place d’une industrie militaire au Maroc à hauteur de 22 milliards $ sur la période 2016 à 2019. Les géants Bombardier, Airbus et Thales avaient également été annoncés pour accompagner ce projet en le dotant des infrastructures et des technologies nécessaires. ECOFIN

Laisser un commentaire