Share
Le poltron et valet de l’UDPS Bruno Mavungu muet sur le fameux ultimatum de l’inconstant Etienne Tshisekedi

Le poltron et valet de l’UDPS Bruno Mavungu muet sur le fameux ultimatum de l’inconstant Etienne Tshisekedi

Le président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) avait lancé, à partir de Bruxelles, un ultimatum au Secrétaire Général de l’ONU pour la convocation urgente du dialogue politique entre Congolais au plus tard le 30 novembre 2015.

Etienne Tshisekedi avait prévenu que si cela n’était pas fait après l’expiration de ce délai, son parti se désengagerait automatiquement de ce forum. Cet ultimatum du Lider maximo a été rappelé par le Secrétaire générai de l’UDPS, Bruno Mavungu, au cours du point de presse qu’il a animé le mercredi 18 novembre 2015 au siège de ce parti, sur la rue Zinnias, dans la commune de Limete

A la même occasion, Bruno Mavungu, revenu fraîchement de Bruxelles, en consultation auprès de son leader, a annoncé un meeting de vérité pour le samedi 21 novembre 2015 pour rappeler au Secrétaire général que le compte à rebours était largement entamé et qu’il ne restait que 12 jours pour atteindre la date butoir du 30 novembre 2015.

On comprend dès lors la forte mobilisation des militants de l’UDPS et de nombreux curieux à Kinshasa, pour une manifestation fixée à 14 heures, le samedi 21 novembre 2015, devant la permanence de l’UDPS, à Limete, mais dont le coup d’envoi n’a pu être donné qu’après 15 heures. Accompagné de plusieurs hauts cadres du parti, notamment Joseph Kapika (Secrétaire général adjoint chargé des Finances), Bruno Tshibala (Secrétaire général adjoint et porte-parole), Félix Tshisekedi (Secrétaire national chargé des Relations Extérieures, Bruno Mavungu s’est fait ovationner par des centaines de combattants auxquels il s’est adressé en lingala. Chauffée à blanc à la suite des informations, faisant état d’une rupture imminente de contacts entre l’UDPS et la Majorité présidentielle, la « base » s’attendait à un message fort, annonciateur des actions à mener dans l’hypothèse de la non-convocation du Dialogue national avant le 30 novembre.

Mais la déception se lisait sur de nombreux visages car, tout au long de son adresse, Bruno Mavungu est resté muet sur le délai butoir du 30 novembre 2015. En dépit du fait que dans la foule, certains combattants scandaient « Etikali 9 jours !!! » (Ndlr : il reste 9 jours), le Secrétaire général de l’UDPS s’est gardé de risquer le moindre commentaire sur le sujet.

Son intervention s’est plutôt transformée en un violent réquisitoire contre les anti-dialogue, qui se recrutent, selon lui, aussi bien au sein du G7 et que de la Dynamique de l’Opposition. Mavungu a tiré à boulets rouges sur le président de l’UNC (Union pour la Nation Congolaise), Vital Kamerhe, qu’il a accusé d’instrumentaliser plusieurs médias pour diaboliser l’UDPS et la famille biologique de son président, Etienne Tshisekedi.

Il a rappelé que l’UDPS, depuis la publication de sa « feuille de route », en février 2015, réclame un dialogue à convoquer et organiser sous l’égide de la communauté internationale. Il a souligné qu’à un moment donné, cette position était partagée par plusieurs forces politiques de’ l’Opposition, au sein de la DVD (Dynamique pour le Vrai Dialogue), mais constaté que certaines ont effectué un virage à 180 degrés, en rejoignant le camp du refus.

Mavungu a indiqué que l’UDPS est restée constante dans sa quête du dialogue, qu’elle considère comme l’unique voie de sortie pour résoudre la crise politique née à la suite des élections chaotiques du 28 novembre 2011 et baliser le chemin d’un processus électoral transparent et apaisé.

Ce haut cadre de l’UDPS a une fois de plus insisté sur l’irréversibilité du dialogue dans un contexte où le processus électoral est complètement bloqué. Il a, à cet effet, signalé que le fichier électoral était totalement corrompu, selon le rapport des experts de l’OIF (Organisation Inter-. nationale de la Francophonie), avec plus de 1,6 millions de morts, plus de 450.000 doublons et plus de 6 millions de nouveaux majeurs non enrôlés.

Revisitant l’histoire politique de la République Démocratique du Congo, Mavungu a souligné que le leader de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, a toujours préconisé le dialogue dans les moments cruciaux de la vie nationale, dans le souci des résoudre, toute crise politique pouvant compromettre la survie de la’ nation congolaise.

Il a terminé par un appel à l’unité de tous les membres de l’UDPS, afin, que le parti se présente au Dialogue comme un bloc uni et fort, sous la conduite de son leader charismatique, Etienne Tshisekedi, qui se porte à merveille, contrairement aux rumeurs qui continuent à le présenter comme un mort en sursis.

 

Le Phare

Laisser un commentaire

*