Share
Le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly, est accusé par trois inspecteurs d’Etat d‘être impliqué dans une affaire de détournement de fonds publics

Le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly, est accusé par trois inspecteurs d’Etat d‘être impliqué dans une affaire de détournement de fonds publics

Le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly, est accusé par trois inspecteurs d’Etat d‘être impliqué dans une affaire de détournement de fonds publics
Summary:
Le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly, est accusé par trois inspecteurs d’Etat d‘être impliqué dans une affaire de détournement de fonds publics, qui date en 2014. Les trois accusateurs ont été convoqués en conseil de discipline au palais présidentiel lundi dernier. Il leur est reproché d’avoir remis à trois journaux proches de l’opposition (La Gazette de la Grande Île, La Vérité et Inona Vaovao) un document qui incrimine Olivier Mahafaly Solonandrasana dans cette affaire. Pour les avocats des trois accusateurs, leurs clients sont sanctionnés pour avoir fait leur travail.

0%

Le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly, est accusé par trois inspecteurs d’Etat d‘être impliqué dans une affaire de détournement de fonds publics

Le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly, est accusé par trois inspecteurs d’Etat d‘être impliqué dans une affaire de détournement de fonds publics, qui date en 2014.

Les trois accusateurs ont été convoqués en conseil de discipline au palais présidentiel lundi dernier. Il leur est reproché d’avoir remis à trois journaux proches de l’opposition (La Gazette de la Grande Île, La Vérité et Inona Vaovao) un document qui incrimine Olivier Mahafaly Solonandrasana dans cette affaire. Pour les avocats des trois accusateurs, leurs clients sont sanctionnés pour avoir fait leur travail.

120.000 euros. C’est le montant de la somme qui aurait été détournée par le Premier ministre malgache. Ce pactole avait été décaissé en 2014, par le ministère de l’Intérieur et destiné à la commune rurale d’Ambohimahamasina, pour réhabiliter un local municipal. A cette époque, l’actuel Premier ministre (qui a nié les faits) était ministre de l’Intérieur.

Le rapport des trois inspecteurs a fuité dans la presse locale en avril de cette année. Ce document stipule que les 120.000 euros ont été versé sur le compte de la mairie, puis sur celui d’un individu, sur ordre d’Olivier Mahafaly.

Les inspecteurs sont accusés d’avoir failli à leur devoir de réserve, en mettant au grand jour cette affaire. Pour sa part, Maître Olala, leur avocat, rejette cette vision des autorités de la grande île et met plutôt en avant le fait que l’on ne s’en prenne pas à ceux qu’il appelle les véritables coupables.

« Des inspecteurs généraux de l’Etat étaient envoyés en mission. Ils ont trouvé des malversations. La faute de ces personnes, c’est d’avoir trouvé des anomalies et d’avoir accompli leur travail. Les preuves sont là », martèle l’homme de loi.

Quant aux inspecteurs, ils ont tout simplement demandé une mutation. Hery Rajaonarimampianina, le président malgache (sur la photo, au centre), se penchera sur leur sort dans les jours à venir.

Laisser un commentaire