Share
Le rapport d’Amnesty International sur la violation massive des droits de l’Homme dans le monde

Le rapport d’Amnesty International sur la violation massive des droits de l’Homme dans le monde

En 2015, Amnesty International a étudié la situation des droits humains dans 160 pays et territoires à travers le monde. Des avancées se sont poursuivies dans certains domaines, mais de nombreuses personnes et de nombreux groupes de population ont subi des atteintes à leurs droits fondamentaux.

Ainsi, selon Amnesty International, la liberté d’expression et la liberté de presse continuaient d’être soumises à des ‘’restrictions arbitraires » dans au moins 113 pays quand trente gouvernements, peut-être même plus, ont obligé, en toute » illégalité », des réfugiés à retourner dans des pays où ils étaient en danger.

Des personnes ont subi des actes de torture et d’autres mauvais traitements, relève le rapport.

En 2015, Amnesty International a dénombré dans le monde plus de 60 millions de personnes déplacées, dont beaucoup l’étaient depuis des années quand des groupes armés ont commis des exactions dans 36 pays.

Selon l’organisation de défense de droits humains, des procès ‘’iniques » ont eu lieu dans 55 % des pays soulignant que lorsqu’un procès n’est pas équitable, personne n’obtient justice : ni la personne inculpée, ni la victime, ni la société.

La violation des droits de l’Homme sur l’échiquier mondial est un phénomène mis en vigueur. Les conflits intérieurs et régionaux ont été vigoureusement intensifiés au Moyen-Orient et dans le Nord d’Afrique. Au Yémen, l’Arabie saoudite poursuit ses bombardements sans relâche contre la population et les installations de ce pays et des milliers de personnes ont été tuées jusqu’à présent et des dégâts considérables y ont été infligées. Malgré la condamnation des frappes saoudiennes auprès des instances internationales ces raids aériens se poursuivent toujours et encore.

L’apparition des groupes terroristes takfiris notamment Daech a débouché sur l’éclatement des conflits intérieurs dans des pays comme en Syrie, en Irak et en Libye, ce qui a aggravé la crise migratoire. La poursuite de l’afflux des migrants vers l’Ouest s’est soldée dans plusieurs cas par les comportements inhumains des gouvernements européens envers eux et ces gouvernements européens qui se posent en défenseurs des droits de l’Homme et de liberté ont ignoré délibérément les critères humains envers les réfugiés.

D’autre part, en raison de l’expansion des actions terroristes en Europe certains gouvernements européens ont pris en considération l’approbation de nouvelles lois et mettent des restrictions à la liberté d’expression et libertés individuelles, ont décidé de resserrer l’étau autour de leurs citoyens.

Laisser un commentaire