Share
Le Tchad est intervenu contre Boko Haram pour éviter l’asphyxie économique (MAE tchadien)

Le Tchad est intervenu contre Boko Haram pour éviter l’asphyxie économique (MAE tchadien)

Un « devoir de solidarité » envers les pays africains voisins régit cette intervention militaire.

Le Tchad est intervenu militairement contre le groupe terroriste Boko Haram pour éviter l’asphyxie économique, a déclaré mardi, le Ministre des Affaires étrangères tchadien, Moussa Faki Mahamat.

« Notre pays dépend fortement des exportations et des échanges commerciaux avec les pays voisins. Si notre armée n’était pas allée rapidement étouffer les menaces de Boko Haram particulièrement au Cameroun et au Nigeria, nos opérateurs économiques auraient été incapables d’exporter ou d’importer des produits de première nécessité », a expliqué le chef de la diplomatie tchadienne, dans une conférence de presse sur le bilan annuel de l’activité tchadienne en 2015.

Le Tchad s’est engagé, dès le début de l’année écoulée, dans une campagne militaire en coordination avec les armées camerounaises, nigérianes et nigériennes contre Boko Haram. Ce groupe terroriste, actif depuis des années dans la sous-région, est responsable de massacres de milliers de populations civiles. Les armées seraient bientôt rejointes par le Bénin, pour former une Force Multinationale Mixte (FMM), forte d’une dizaine de millier d’hommes.

Pour Faki Mahamat, cette intervention a également été « imposée » au Tchad par un « devoir panafricain » de solidarité envers les pays voisins dans lesquels il est intervenu, à savoir le Cameroun, le Niger et le Nigéria.

Le Tchad est intervenu contre Boko Haram pour éviter l'asphyxie économique (MAE tchadien)

« Nous ne pouvions pas croiser les bras et regarder les terroristes massacrer nos frères et voisins pour finir chez nous un jour. Le terrorisme n’a pas de frontière et le Tchad a décidé de le combattre à la source, c’est-à-dire dans les pays précités», a ajouté le ministre.

Cet espirt a également commandé la présence du Tchad dans d’autres points chauds africains. « Le Tchad a [ainsi] joué un rôle majeur, aussi bien diplomatique que militaire, dans les crises au Soudan, en Libye, (…), en Centrafrique », a énuméré le chef de la diplomatie tchadienne.

Pour preuve de son activisme, le Tchad a renforcé ses représentations internationales avec la création de 25 ambassades à l’étranger. Il en a accueilli 23 sur son territoire, a conclu le ministre.

N’Djamena/ Mahamat Ramadane

Laisser un commentaire