Share
Le Tchad interdit la burqa après un double attentat-suicide

Le Tchad interdit la burqa après un double attentat-suicide

Dans sa lutte contre Boko Haram, Idriss Déby, le président tchadien, ne recule devant rien. Il a ainsi demandé à son gouvernement, mercredi 17 juin, à la veille du début du ramadan, d’interdire le port de la burqa, ce voile intégral cachant le visage, pour des raisons de sécurité. Une décision qui survient après le double attentat-suicide qui a fait 33 morts, lundi 15 juin, à N’Djamena

Le premier ministre tchadien, Kalzeubé Pahimi Deubet, a ainsi annoncé que « le port de la burqa [devait] cesser immédiatement à compter de ce jour, non seulement dans les lieux publics et les écoles, mais sur toute l’étendue du territoire ». En outre, « des instructions ont été données aux services de sécurité d’entrer dans les marchés et de ramasser toutes les burqas qui y sont vendues et de les brûler ».

Boko Haram serait à l’origine des attentats

Peu après les attentats de lundi, l’Etat avait déjà pris la décision d’interdire la circulation des véhicules à vitres teintées. La capitale avait également été quadrillée par les forces de police. Si les attaques n’ont pas été revendiquées, la secte islamiste Boko Haram, contre laquelle lutte le pays, est soupçonnée d’être à l’origine des attentats.

L’armée tchadienne participe en première ligne depuis février à une opération militaire régionale visant à chasser le groupe islamiste de pans entiers de territoire dont il s’est emparé dans le nord-est du Nigeria.

Source : Le Monde

 

Laisser un commentaire

*