Share
EELV: Les écologistes saluent l’accord de Kigali sur les HFC

EELV: Les écologistes saluent l’accord de Kigali sur les HFC

EELV: Les écologistes saluent l’accord de Kigali sur les HFC
Summary:
EELV salue l’accord international trouvé à Kigali sur l’élimination progressive des hydrofluorocarbures (HFC), gaz extrêmement nocifs pour le climat. Les HFC sont responsables d’émissions de gaz à effets de serre catastrophiques pour le climat. Ils ont commencé à être utilisés dans les années 1990 dans les climatiseurs et mousses isolantes pour remplacer les chlorofluorocarbures responsables de la destruction de la couche d’ozone. Cette situation plaide d’ailleurs pour le principe de précaution dans le remplacement des HFC puisque dans les années 1990 on a remplacé un gaz toxique pour la couche d’ozone par un nocif pour le climat.

0%

Les écologistes saluent l’accord de Kigali sur les HFC

EELV salue l’accord international trouvé à Kigali sur l’élimination progressive des hydrofluorocarbures (HFC), gaz extrêmement nocifs pour le climat.

Les HFC sont responsables d’émissions de gaz à effets de serre catastrophiques pour le climat. Ils ont commencé à être utilisés dans les années 1990 dans les climatiseurs et mousses isolantes pour remplacer les chlorofluorocarbures responsables de la destruction de la couche d’ozone. Cette situation plaide d’ailleurs pour le principe de précaution dans le remplacement des HFC puisque dans les années 1990 on a remplacé un gaz toxique pour la couche d’ozone par un nocif pour le climat.

L’accord est juridiquement contraignant, prévoit un calendrier d’élimination différencié selon les pays et leurs degrés de développement, et s’inscrit dans la lignée des promesses faites à Paris en décembre 2015. Cependant, les écologistes regrettent que les délais de mise en oeuvre soient aussi longs : jusqu’en 2050, ce sont des tonnes d’émission qui continueront à détruire et dérégler le climat.

Pour les écologistes, c’est la preuve que l’humanité peut s’entendre pour répondre à un défi commun, celui du changement climatique, à condition d’agir de manière résolue. 

La France n’en a malheureusement toujours pas pris le chemin alors que le gouvernement s’accroche au traité climaticide CETA et aux activités minières, favorise la destruction des sols agricoles et de la biodiversité ou retarde le développement des renouvelables.

Julien Bayou, Sandra Regol, porte-parole nationaux

Laisser un commentaire

*