Share
Les Haïtiens votent aux élections législatives

Les Haïtiens votent aux élections législatives

Un homme passe devant un mur tapissé d’affiches électorales, le 7 août à Port-au-Prince.PHOTO ANDRES MARTINEZ CASARES, REUTERS


 Les élections législatives en Haïti ont débuté dimanche dans la confusion, la majorité des bureaux de vote restant fermés une heure après l’ouverture du scrutin, le premier organisé depuis l’arrivée au pouvoir du président Michel Martelly en mai 2011.

Avec près de quatre années de retard, les 5,8 millions d’électeurs sont appelés à élire l’ensemble de leurs députés et deux tiers du Sénat. Plus de 1800 candidats sont en lice pour les 139 postes parlementaires à pourvoir ce dimanche lors d’un scrutin où des violences sont redoutées.

Les habitants de la capitale ont dû attendre plus d’une heure pour que les responsables des bureaux de vote finissent d’afficher les listes et d’installer les urnes avant de pouvoir commencer à voter.

Un retard qui a également été constaté dans les villes de province.

Le porte-parole du conseil électoral provisoire (CEP) s’est cependant déclaré optimiste. «Nous constatons ces ouvertures tardives, causées surtout par l’arrivée tardive du personnel affecté aux bureaux de vote», a expliqué Richardson Dumel à l’AFP, «mais nous allons rattraper ce retard au cours de la journée».

En raison d’une crise profonde entre le président Michel Martelly et l’opposition, aucun scrutin n’a pu être organisé dans le pays depuis 2011.

Craignant des violences, la police nationale a mobilisé plus de 7000 agents à travers le pays et la Mission de stabilisation en Haïti del’ONU (MINUSTAH) est également prête à offrir son soutien.

Samedi, la police a interpellé dans le centre du pays une vingtaine de personnes pour port d’arme illégal.

Le président Michel Martelly ainsi que les membres du conseil électoral provisoire ont lancé des appels au calme, tout en restant confiants dans la bonne tenue du scrutin. «Nous sommes un peuple non violent,» a assuré Richardson Dumel, porte-parole de CEP. «Les Haïtiens vont pouvoir faire le choix de leurs représentants sans inquiétude et cette démarche démocratique est la seule qui peut permettre au pays d’avancer.»

Laisser un commentaire

*