Share
Les investissements chinois en Afrique ont chuté de 84% durant le 1er semestre 2015

Les investissements chinois en Afrique ont chuté de 84% durant le 1er semestre 2015

Les investissements directs chinois en Afrique se sont établis à 568 millions de dollars au premier semestre 2015, en baisse de 84% par rapport à la même période de 2014, selon des données publiées par le Financial Times.

Contrairement à l’année écoulée, les investissements réalisés par les entreprises chinoises sur le continent entre janvier et juin de l’année en cours ont concerné essentiellement les secteurs des matières premières, a-t-on ajouté de même source. Les investissements dans les industries extractives ont en effet doublé, passant de 141,4 millions de dollars au premier semestre 2014 à 288,9 millions de dollars au cours des six premiers mois de 2015.

Les investissements directs chinois en Afrique ont culminé à 11,7 milliards de dollars en 2008, avant de retomber à une moyenne de 1,5 milliard de dollars par année au cours des cinq années suivantes. Une nouvelle hausse de ces investissements a été cependant enregistrée l’année dernière.

Certains experts redoutent désormais une réduction de l’intérêt des investisseurs chinois pour le secteur des matières premières en Afrique et plus largement pour le continent, en raison de la bulle immobilière perceptible en Chine.

Plus optimistes, d’autres voient des opportunités dans le recentrage de l’économie chinoise sur le marché domestique. « La Chine va maintenant relancer la demande interne, d’une manière ou d’une autre. Si tel sera le cas, la demande des ressources naturelles pourrait augmenter, au moins en volume », estime Mario Pezzini, directeur du Centre de développement de l’OCDE.

Selon les experts, les tendances démographiques en Afrique contribueront par ailleurs à booster la demande interne. Au cours des 35 prochaines années, la population africaine est en effet appelée à doubler, pour atteindre 2 milliards d’habitants, ce qui fera du secteur de l’immobilier un grand débouché pour la production de matières premières préalablement destinées à la Chine.
Agence Ecofin

Laisser un commentaire

*