Share
Les mutilations génitales font 200 millions de victimes, selon l’Unicef

Les mutilations génitales font 200 millions de victimes, selon l’Unicef

Près de 200 millions de femmes à travers le monde souffrent de mutilations génitales, selon un rapport de l’Unicef. L’ONU s’est fixée pour objectif de faire cesser cette pratique d’ici à 2030.

Parmi les victimes de mutilations génitales, 44 millions sont âgées de 14 ans ou moins. Dans les 30 pays où cette pratique est la plus répandue, la majorité des filles ont été excisées avant l’âge de cinq ans.

« Dans des pays comme la Somalie, la Guinée et Djibouti, cette pratique est presque universelle », souligne Claudia Cappa, qui a dirigé la rédaction du rapport de l’UNICEF. Ainsi 98% des filles subissent des mutilations génitales en Somalie, 97% en Guinée et 93% à Djibouti.

L'Unicef veut faire cesser les mutilations génitales d'ici 2030.

L’Unicef veut faire cesser les mutilations génitales d’ici à 2030. [Unicef/Keystone]


 

Une pratique en régression

La moitié des victimes vivent en Egypte, Ethiopie et Indonésie. Mais leur nombre a régressé dans une trentaine de pays, notamment au Liberia, au Burkina Faso ou au Kenya, indique le rapport de l’Unicef.

Depuis 2008, plus de 15’000 communautés ont renoncé aux mutilations génitales féminines, dont 2000 l’an dernier. Cinq pays ont adopté des lois criminalisant cette pratique: le Kenya, l’Ouganda, la Guinée-Bissau et, récemment, le Nigeria et la Gambie.

afp

Laisser un commentaire

WordPress spam bloqué par CleanTalk.