Share
Les Nigériens attendent dans le calme les premiers résultats des élections

Les Nigériens attendent dans le calme les premiers résultats des élections

Vingt quatre heures après la fermeture des bureaux de vote pour les élections législatives couplées au scrutin présidentiel, premier tour, les Nigériens sont encore dans l’attente de la proclamation des premiers résultats par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), constate un correspondant de l’agence de presse Xinhua à Niamey.

Plus de 7,5 millions de nigériens sont appelés à se rendre dimanche aux urnes pour élire leur président de la république et leurs 171 représentants à l’Assemblée Nationale, pour un mandat de cinq ans.

Le scrutin se poursuit lundi, sur décision des responsables de la CENI, dans certaines régions où les bureaux n’ont pas pu s’ouvrir dimanche.

Au total, 15 candidats, parmi lesquels le président sortant Mahamadou Issoufou, candidat à sa propre succession, le candidat du Mouvement national pour la Société de Développement (MNSD), Seini Oumarou (adversaire malheureux de Mahamadou Issoufou au second tour en 2016), ainsi que son principal adversaire politique, Hama Amadou, ex-président de l’Assemblée nationale, du Mouvement démocratique nigérien pour une Fédération Africaine (MODEN-FA), actuellement en prison pour trafic supposé de bébés, sont en lice pour le fauteuil présidentiel.

Pour le président de la Commission électorale nationale indépendante, M. Boubé Ibrahim, tout s’est bien passé à l’intérieur du pays, en dehors de quelques problèmes de logistique signalés dans certaines localités qui ont été au fur et à mesure solutionnés.
NIGER ELECTION

De l’avis général des observateurs à Niamey et à l’intérieur du pays, le vote s’est globalement déroulé sans incident majeur, même si, de son coté, l’opposition dénonce plusieurs irrégularités dans l’organisation.

Depuis la fermeture des bureaux de vote dimanche soir, tous les regards sont désormais tournés vers la CENI qui est à pied d’œuvre au palais des congrès de Niamey, son quartier, pour la centralisation, le traitement des résultats des différents bureaux de vote avant leur diffusion.

En attendant, il est formellement interdit à la presse nationale et aux correspondants des médias étrangers toute publication de résultats du scrutin avant ceux officiellement transmis par la CENI, selon son président.

Par ailleurs, les autorités de la région de Niamey ont pris une décision interdisant tout attroupement ou manifestation dans la rue en rapport avec les élections pendant cette période.

Laisser un commentaire

*