Share
La Libye autrefois évoluée, aujourd’hui dévastée : Moscou fustige l'”aventurisme” des Etats-Unis en Libye

La Libye autrefois évoluée, aujourd’hui dévastée : Moscou fustige l'”aventurisme” des Etats-Unis en Libye

La Libye autrefois évoluée, aujourd’hui dévastée : Moscou fustige l'”aventurisme” des Etats-Unis en Libye
Summary:
Selon l'ambassadeur russe auprès de l'Onu Vitali Tchourkine, les Etats-Unis et leurs alliés semblent avoir un plan d'action secret pour la Libye.

0%

La Libye autre fois évoluée, aujourd'hui dévastée : Moscou fustige l'"aventurisme" des Etats-Unis en Libye

Selon l’ambassadeur russe auprès de l’Onu Vitali Tchourkine, les Etats-Unis et leurs alliés semblent avoir un plan d’action secret pour la Libye.

M. Tchourkine a signalé que toute ingérence dans la situation en Libye demandait l’approbation du Conseil de sécurité de l’Onu. Dans une interview accordée au quotidien Izvestia, le diplomate a qualifié d'”aventurisme unilatéral” les actions éventuelles des Etats-Unis et de leurs alliés dans ce pays.

“Bien que l’expérience libyenne (intervention de l’Otan en Libye en 2011) ait été très douloureuse pour le Conseil de sécurité, à présent nous avons des intérêts communs, à savoir rétablir l’unité et l’intégrité territoriale de la Libye et empêcher la transformation de ce pays en un nid de terroristes déstabilisant une partie importante du continent africain. Cependant, nos partenaires occidentaux sont parfois réticents à ce propos et on a l’impression qu’ils ont leur propre ordre du jour secret à propos de la Libye. Nous avertissons nos collègues occidentaux (nous en avons une nouvelle fois parlé il y a quelques jours au Conseil de sécurité de l’Onu) que des aventures unilatérales ne mèneront à rien de bon. Nous verrons si leur bon sens prendra le dessus”, a dit le diplomate.

Vitali Tchourkine a également évoqué la situation en Syrie, qualifiant d’irrationnelles les démarches de la Turquie.

Combattant kurde à Kobané
© AFP 2016 YASIN AKGUL

“La Turquie dresse des obstacles tout à fait irrationnels à la participation aux négociations des Kurdes syriens, les poussant involontairement à des “idées séparatistes”. C’est ce qui est redouté par Ankara. A notre grand regret, l’histoire concernant notre projet de déclaration témoigne que les Etats-Unis et les autres membres occidentaux du Conseil de sécurité ne veulent pas influer d’une manière constructive sur la position d’Ankara. Il ne reste qu’à le déplorer. Cela ne favorise pas l’efficacité des négociations”, a noté M.Tchourkine.

Laisser un commentaire