Share
Loi contre arabes (musulmans) et immigrés: des Iraniens et des Irakiens empêchés de prendre l’avion pour les États-Unis

Loi contre arabes (musulmans) et immigrés: des Iraniens et des Irakiens empêchés de prendre l’avion pour les États-Unis

Loi contre arabes (musulmans) et immigrés: des Iraniens et des Irakiens empêchés de prendre l’avion pour les États-Unis
Summary:
Plusieurs compagnies aériennes ont refusé d'embarquer des Iraniens et des Irakiens munis d'un visa américain sur des vols à destination des États-Unis, après la décision du président Donald Trump de suspendre pour trois mois l'entrée dans son pays de citoyens de pays musulmans, selon plusieurs sources contactées par l'AFP.

0%

Loi contre arabes (musulmans) et immigrés: des Iraniens et des Irakiens empêchés de prendre l'avion pour les États-Unis

Plusieurs compagnies aériennes ont refusé d’embarquer des Iraniens et des Irakiens munis d’un visa américain sur des vols à destination des États-Unis, après la décision du président Donald Trump de suspendre pour trois mois l’entrée dans son pays de citoyens de pays musulmans, selon plusieurs sources contactées par l’AFP.

Des responsables de deux agences de voyage à Téhéran ont affirmé qu’ils avaient reçu des instructions de la part des compagnies Emirates, Turkish Airlines et Etihad Airways, de ne plus vendre de billet à des Iraniens ayant un visa américain car ces dernières refusent de les embarquer à bord.

M. Trump a signé vendredi un décret pour interdire pendant trois mois l’entrée aux États-Unis de ressortissants de sept pays musulmans: Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen. À l’exception de ressortissants détenteurs de visas diplomatiques et officiels et qui travaillent pour des institutions internationales.

Une Iranienne, étudiante en gestion en Californie, devait retourner le 4 février aux États-Unis. «J’avais un billet sur Turkish (Airlines) le 4 février prochain, mais il a été annulé», a-t-elle déclaré à l’AFP sous couvert de l’anonymat.

«J’ai contacté par mail les responsables de mon université qui se sont dit surpris. Ils doivent m’envoyer une lettre pour que je tente de prendre un avion depuis l’Europe», a-t-elle ajouté.

Aucun vol direct n’existe entre l’Iran et les États-Unis qui ont rompu leurs relations depuis 1980 quelques mois après la révolution islamique de 1979.

Les voyageurs iraniens doivent prendre des avions de compagnies étrangères et transiter obligatoirement par un pays tiers.

«Nous n’avons donné aucune instruction aux agences de voyage», a déclaré à l’AFP Reza Jafarzdeh, le responsable de l’Organisation iranienne de l’aviation civile.

«Il n’y a pas de relations entre les aviations civiles des deux pays. S’il y a de nouvelles instructions, nous les rendrons publiques», a-t-il ajouté.

Les médias iraniens ont également rapporté samedi plusieurs cas d’Iraniens qui n’ont pas pu embarquer pour les États-Unis.

Par ailleurs, le bureau du réalisateur Asghar Farhadi, dont le film Le client a été sélectionné aux #AcademyAwards 2017, a affirmé que ce dernier n’avait «aucune restriction légale pour se rendre aux États-Unis», a rapporté l’agence Isna. «Le réalisateur prendra sa décision d’ici quelques jours», selon son bureau.

Jeudi, avant que le président américain ne signe son décret, l’actrice iranienne Taraneh Alidousti, 33 ans, à l’affiche du film Le client avait annoncé sur Twitter qu’elle boycotterait la cérémonie prévue en février à Hollywood dénonçant une décision «raciste» de Donald Trump.

Des Irakiens aussi

Une famille irakienne a été empêchée d’embarquer à bord d’un vol vers New York à partir du Caire après un décret du président américain Donald Trump interdisant l’entrée aux États-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans, ont indiqué des responsables de l’aéroport.

Un couple et leurs deux enfants qui avaient réservé des billets sur un vol de la compagnie EgyptAir ont été informés qu’ils ne pouvaient pas embarquer en raison des nouvelles règles en vigueur aux États-Unis, ont indiqué à l’AFP ces responsables.

Selon eux, cette famille disposait cependant de visas pour les États-Unis.

Les responsables de la compagnie EgyptAir n’étaient pas joignables immédiatement pour commenter et le site de la compagnie ne donnait aucune précision sur les nouvelles règles en vigueur pour les voyages aux États-Unis. AFP

Laisser un commentaire