Share
L’opposition kenyane lance une campagne pour expulser les fonctionnaires électoraux

L’opposition kenyane lance une campagne pour expulser les fonctionnaires électoraux

L’opposition kenyane lance une campagne pour expulser les fonctionnaires électoraux
Summary:
Le dirigeant de l'opposition du Kenya, Raila Odinga, a lancé dimanche une campagne pour apporter des changements au corps électoral avant qu'il ne participe à une nouvelle élection présidentielle prévue pour le 17 octobre.

0%

Le dirigeant de l’opposition du Kenya, Raila Odinga, a lancé dimanche une campagne pour apporter des changements au corps électoral avant qu’il ne participe à une nouvelle élection présidentielle prévue pour le 17 octobre.

Le leader de la Super-alliance nationale (NASA) a déclaré que le déroulement présidentiel du mois prochain ne serait pas juste, libre et crédible avec les responsables actuels de la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC).

“Nous lançons nos campagnes contre toute élection organisée par les commissaires de l’IEBC. Nous allons faire le tour du pays en sensibilisant les gens à l’IEBC”, a déclaré M. Odinga lors d’une conférence de presse à Nairobi.

“L’IEBC tel qu’elle est actuellement constituée ne peut organiser une élection libre et équitable en octobre”, a déclaré M. Odinga, accompagné de deux autres directeurs de la NASA, Kalonzo Musyoka et Musalia Mudavadi.

Le chef de l’opposition de 72 ans, qui a demandé avec succès à la Cour suprême d’annuler le résultat du scrutin du 8 août et renversé la victoire du président Uhuru Kenyatta, a indiqué qu’ils traverserait le pays dans une campagne pour expliquer à leurs partisans pourquoi la Commission actuelle ne peut être fiable pour surveiller une élection libre et équitable.

Il a accusé le gouvernement d’être complice des pratiques judiciaires électorales, soulignant que l’IEBC doit être réformée par un processus consultatif avant de procéder à tout autre scrutin.

Il a juré de ne jamais s’apaiser jusqu’à ce que certains commissaires et les neuf autres hauts fonctionnaires démissionnent avant le début de l’année prochaine.

“Comptons-nous sur les institutions et les individus qui ont participé à un coup contre le peuple et essayé d’installer un candidat vaincu en tant que gagnant pour assurer un comptage, un enregistrement, une transmission et une transparence responsables des résultats? Notre réponse est non”, a-t-il déclaré.

M. Odinga a également accusé Safran Morpho, une société française qui a fourni des kits technologiques électoraux au Kenya, d’être engagée dans des discussions avec des responsables de l’IEBC pour manipuler le scrutin d’août.

Il a indiqué ne pouvoir plus faire confiance au système de gestion des élections intégrées du Kenya (KIEMS) de la société, utilisé pour identifier les électeurs et transmettre des résultats, pour servir dans une autre élection.

OT-Morpho a déclaré dans un communiqué samedi qu’il poursuivre en justice les personnes non identifiées dans les tribunaux français et kenyans pour avoir endommagé la réputation et l’honneur de la société.

La société a indiqué qu’elle était disposée à ouvrir son système pour un contrôle supplémentaire par un organisme indépendant sous l’autorité de l’IEBC.

Laisser un commentaire