Share
L’organisation mondiale de la santé à la rescousse de l’Angola 

L’organisation mondiale de la santé à la rescousse de l’Angola 

L’organisation mondiale de la santé à la rescousse de l’Angola 
Summary:
Les représentants de l'organisation mondiale (OMS) travaillent, à partir de lundi, à Luanda avec les autorités angolaises pour renforcer les moyens en vue de lutter contre l'épidémie de la fièvre jaune qui sévit dans le pays depuis décembre 2015.

0%

L'organisation mondiale de la santé à la rescousse de l'Angola 

Les représentants de l’organisation mondiale (OMS) travaillent, à partir de lundi, à Luanda avec les autorités angolaises pour renforcer les moyens en vue de lutter contre l’épidémie de la fièvre jaune qui sévit dans le pays depuis décembre 2015.

Sur ce, la directrice générale de l‘OMS, la chinoise Margaret Chan est attendue dans la capitale angolaise où séjourne déjà la directrice régionale de la même organisation au niveau de l’Afrique, la botswanaise Matshidiso Moeti, physicienne et spécialiste en santé publique.

Cette mission vise à analyser et appuyer la lutte contre l’épidémie de la fièvre jaune, et accompagne les progrès et défis dans le secteur de la santé en Angola.

Selon l’OMS, cette visite a lieu au moment où l’Angola a besoin des vaccins, dans l’urgence, au niveau international pour assurer l’immunisation de 19 millions 300 mille personnes en risque de fièvre jaune habitant dans 12 des 18 provinces du pays où cette maladie a été confirmée.

La même source souligne que jusque maintenant, l’Angola a vacciné 5,8 millions de personnes contre cette épidémie et 7,3 millions de doses de vaccins ont été réceptionnées avec l’appui de l’OMS, de l’ICG (Groupe de coordination internationale pour l’approvisionnement en vaccin de la fièvre jaune) et des pays comme le Brésil et la Chine.

Pour appuyer l’Angola à contrôler cette épidémie, l’OMS travaille en étroite collaboration avec d’autres partenaires et organisations nationales et internationales, notamment l’Unicef, le CDC/ATLANT, les médecins sans frontaliers (MSF), le Groupe Core, USAID, PNUD, les forces armées angolaises et la Croix-Rouge d’Angola.

Les premiers cas de fièvre jaune en Angola ont été détectés à Viana, municipalité située à près de 30 kilomètres de la ville de Luanda qui continue d’être l’épicentre de cette maladie.

490 cas de fièvre jaune ont été déjà confirmes en Angola.

Laisser un commentaire

*