Share
Louis Michel l’homme qui a trafiqué les élections en RDC, a le toupet de conseiller les Etats africains

Louis Michel l’homme qui a trafiqué les élections en RDC, a le toupet de conseiller les Etats africains

Les Etats africains invités à une gestion plus juste de leurs ressources naturelles Les Etats africains ont été invités vendredi 16 octobre à Dakar à une gestion plus juste de leurs ressources naturelles, lors d’une conférence sur l’approche libérale de la gouvernance de ces ressources.

Cette exhortation découle du paradoxe constaté par Louis Michel, co-président de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, le Pacifique, l’Afrique et les Caraïbes (ALDE PAC) : “l’Afrique dispose environ 30% des ressources naturelles mondiales mais ne produit que 1,4% des richesses mondiales”. “Il y a une pauvreté criarde qui sévit dans le continent qui a, en effet, des atouts majeurs dont ne dispose aucun autre continent en matière de ressources naturelles”, a-t-il souligné.

“L’enjeu est d’avoir des institutions impartiales qui assurent une gestion juste des ressources naturelles afin de lutter contre les trafics illégaux des minerais”, a-t-il estimé. Il a enfin invité “les responsables africains et internationaux à mettre en œuvre des politiques de développement qui créent de la valeur pour éviter une instabilité sociale en Afrique”. Le président sénégalais, Macky Sall, a, pour sa part, soutenu “si l’Afrique percevait 17% des avoirs financiers frauduleux qui résultent de l’exploitation illégale des ressources naturelles, elle solderait la totalité de ses dettes et financerait elle-même ses besoins de développement”. “Il y a un inégal accès aux ressources naturelles, un déséquilibre dans la répartition des capitaux et un écart sur la redistribution des richesses”, a-t-il fait remarquer. “L’Afrique ne tire pas plein avantage de ses ressources et j’en veux pour preuve le taux d’électrification qui est moins de 20%”, a-t-il déclaré et d’ajouter qu'”il y a un risque d’épuisement des ressources naturelles”. De son côté, le président de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE), Guy Verhofstadt, a soutenu que “les ressources naturelles sont un atout pour le continent à condition qu’une bonne gouvernance en garantisse une exploitation honnête et juste”. “Il faut absolument pallier le manque d’entreprises de transformation sur place et éviter le pillage ainsi qu’une insuffisante rémunération des ressources exploitées”, a-t-il suggéré. M. Verhofstadt a appelé les Etats africains à “renforcer leur arsenal juridique pour assurer une meilleure traçabilité des minerais issus de l’exploitation illégale, par un instrument de contrôle”. “L’Afrique perd chaque année plus de 60 milliards de dollars en raison des flux financiers illicites, plus du double des 24 milliards de l’aide publique que reçoit le continent”, a-t-il noté citant le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). “La croissance économique moyenne est d’environ 5% en Afrique alors que pour sortir de la spirale de la pauvreté, il faut au moins un taux de croissance de 7%”, a-t-il relevé avant d’affirmer que “cette croissance est possible si l’Afrique reçoit un prix équitable pour ses matières premières”. Le Dr Denis Mukwege de la République démocratique du Congo (RDC) a, lui, déploré, “la dégradation de l’environnement avec le déversement, par les entreprises étrangères, des déchets chimiques provenant du traitement des ressources naturelles dans les lacs, rivières”. “Il y a une exploitation et un commerce illégaux des minerais par les seigneurs de la guerre”, a-t-il poursuivi parlant de son pays. “Les accords secrets sur des minerais font perdre, chaque année à la RDC, 1 milliard 360 millions de dollars, ce qui représente le double des dépenses annuelles de santé et d’éducation”, a-t-il dénoncé. “La mauvaise gestion des ressources naturelles est un frein au développement mais la tendance peut être inversée avec une gestion responsable et durable pour un développement endogène”, a-t-il enfin soutenu Dakar, 18/10/2015 Xinhua

Laisser un commentaire