Share
Madagascar: Mary Rakotoarivelo, important homme politique malgache retrouvé mort d’une balle à la tête

Madagascar: Mary Rakotoarivelo, important homme politique malgache retrouvé mort d’une balle à la tête

Un important homme politique malgache, Mamy Rakotoarivelo, a été retrouvé vendredi mort d’un coup de fusil à son domicile, selon la police, après avoir évoqué des problèmes personnels sur les réseaux sociaux.

Madagascar: Mary Rakotoarivelo, important homme politique malgache retrouvé mort d’une balle à la tête
Summary:
Un important homme politique malgache, Mamy Rakotoarivelo, a été retrouvé vendredi mort d’un coup de fusil à son domicile, selon la police, après avoir évoqué des problèmes personnels sur les réseaux sociaux.

0%

Mary Rakotoarivelo, important homme politique malgache, retrouvé mort d'une balle à la tête

User Rating: 0 (0 votes)

Un important homme politique malgache, Mamy Rakotoarivelo, a été retrouvé vendredi mort d’un coup de fusil à son domicile, selon la police, après avoir évoqué des problèmes personnels sur les réseaux sociaux.

Ancien président de l’Assemblée nationale sous le régime de transition d’Andry Rajoelina et ancien chef de la délégation de la mouvance Marc Ravalomanana, durant les négociations de sortie de crise de Madagascar du début des années 2000, il a été retrouvé avec une blessure provoquée par une balle à la tête.

Un fusil a été découvert à côté de son corps, selon un communiqué de la police

L’homme avait présenté récemment sur son compte Facebook, ses problèmes financiers et sentimentaux ainsi que ses derniers souhaits, avant sa mort.

Mamy Rakotoarivelo avait joué un rôle important dans la résolution du conflit avec l’administration sortante du président Didier Ratsiraka à la suite de l‘élection présidentielle contestée de 2001.

La “grande île” de l’océan Indien était alors paralysée par des manifestations et des violences à la suite des résultats électoraux contestés qui avaient profondément divisé le pays.

En janvier 2002, Ravalomanana, hommes d’affaires et maire d’Antananarivo, la capitale, avait envoyé ses partisans dans les rues en revendiquant la victoire au premier tour de la présidentielle de décembre 2001.

Ravalomanana avait refusé d’organiser un second tour. Mais Ratsiraka avait refusé de reconnaître sa défaite, plongeant le pays dans le chaos et la violence pendant sept mois.

Cette impasse avait divisé le pays en deux – avec deux capitales et deux gouvernements – jusqu’au moment où Ravalomanana fut officiellement proclamé président en avril 2002.

En juillet 2002, Ravalomanana avait réussi à contrôler l’ensemble du territoire et Ratsiraka avait commencé un exil de 11 ans en France.

Laisser un commentaire