Share
Marine Le Pen reçoit le prix du menteur de l’année

Marine Le Pen reçoit le prix du menteur de l’année

La présidente du Front national Marine Le Pen a remporté le prix du menteur de l’année pour ses nombreuses fausses affirmations sur les migrants.

La présidente du Front national Marine Le Pen a remporté le prix du menteur de l’année pour ses nombreuses fausses affirmations sur les migrants pendant la campagne des régionales, selon la France Info. Le jury a été composé par des journalistes et présidé par le politologue Thomas Guénolé.

​Il s’est avéré que Mme Le Pen, qui préside un parti eurosceptique et qui se prononce contre les migrants, est la personnalité politique qui a proféré le plus de mensonges au sujet des statistiques migratoires.

Le jury a pointé du doigt les nombreux propos de Mme Le Pen, dont ces déclarations lors d’un entretien à iTELE au cours duquel elle avait surestimé le nombre de migrants qui arrivent chaque jour en Europe par la Méditerrané.

Autre fait d’armes de la présidente du Front National: le tweet dans lequel la dirigeante du FN avait déclaré que des pompiers de Calais avaient été attaqués par des migrants, ce qui a été par la suite démenti par les pompiers eux-mêmes.

President of France's far right National Front party Marine Le Pen, delivers her speech during their summer meeting, in Marseille, southern France, Saturday, Sep. 6, 2015
© AP PHOTO/ CLAUDE PARIS

Mme Le Pen a été également accusée d’avoir gonfler les statistiques au sujet de la répartition hommes-femmes entre les migrants. D’abord elle a déclaré qu’ils étaient à 99% des hommes, puis elle a baissé ce chiffre à 75%. En réalité, selon les statistiques, 69% des migrants étaient des hommes.Le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a pour sa part reçu deux prix: pour avoir relayé la version mensongère du Raid selon laquelle l’assaut de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) avait été lancé sous un déluge de feu des terroristes et pour avoir exagéré le nombre de reconduites à la frontière dans le simple but de prouver aux Français qu’il était plus ferme que la droite lorsqu’elle était au pouvoir.

Le président français François Hollande a aussi reçu un prix pour avoir tenté de vanter le « bon bilan » de des perquisitions sous le régime de l’état d’urgence (3000 au total) alors qu’elles n’ont permis de lancer que 4 vraies procédures antiterroristes.

 

Laisser un commentaire

*